Régions Bordeaux

Le pont Simone-Veil pianotera sur la Garonne

Mots clés : Ouvrage d'art

Les équipes du groupement mené par Razel-Bec ont commencé, au début décembre, les travaux du pont Simone-Veil, entre Bordeaux-Bègles et Floirac. D’une longueur de 549 m et d’une largeur – exceptionnelle – de 44 m, il comprend huit appuis dans la Garonne et deux à terre. Les travaux, étalés sur trente-deux mois, progresseront pile par pile grâce à des estacades temporaires. Les entreprises réaliseront des batardeaux étanches, enchaîneront par les opérations de terrassement, de chemisage et de forage des pieux, avant le coulage à sec des piles en béton armé et leur enrochement pour protéger l’ouvrage de l’érosion.

Charpente lancée depuis la rive. La charpente composée de quatre bipoutres, avec des profilés métalliques surdimensionnés, sera lancée depuis la rive droite. La dalle en béton continu du tablier sera ensuite réalisée et les plots coulés selon la technique du pianotage, afin d’assurer une bonne répartition de la charge sans déformer la charpente. Les demi-tabliers seront ensuite solidarisés par clavage sur la partie centrale de l’ouvrage. Une fine couche de béton sera appliquée, en même temps que les accès du pont sur les deux rives seront construits, en parfaite continuité avec l’ouvrage. Pour Gilles Guyot, architecte de l’agence OMA, il s’agit de réaliser « un espace urbain sur la Garonne », car il a été conçu pour que ses usages aillent au-delà de la simple traversée. Sa mise en service est attendue pour l’été 2020.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X