Architecture et urbanisme Planification urbaine

Le PLU strasbourgeois s’élabore avec les habitants

Mots clés : Droit de l'urbanisme

La concertation sur le plan local d’urbanisme de Strasbourg arrive à une étape charnière où les enjeux territoriaux identifiés par les conseils de quartier se confrontent aux thématiques portées par la Ville.

«L’élaboration du plan local d’urbanisme (PLU) de la capitale alsacienne résultera d’un débat au long cours : quelle ville voulons-nous pour demain et après-demain ? » Roland Ries, maire de Strasbourg, a lancé la procédure de concertation préalable en ces termes, en décembre dernier, pour redonner un sens à la notion de planification : depuis son adoption en 1992, le plan d’occupation des sols s’est peu à peu vidé de sa substance, au fil de vingt-neuf révisions.

Quatre réunions de synthèse

« Au cours des réunions des conseils de quartier, nous avons professionnalisé notre approche de la concertation par une formation des habitants, puis des questionnaires préalables aux réunions, et enfin des comptes rendus », souligne Vincent Piquerel, chef du projet PLU à l’Agence de développement et d’urbanisme de l’agglomération de Strasbourg (Adeus), maître d’œuvre.
La composition des conseils de quartier, qui excluent les élus et services municipaux, justifie cette formation mutuelle entre l’agence et les habitants : des candidats spontanés et des personnes tirées au sort sur la liste électorale constituent les deux tiers du collège des habitants ; les associations et les socioprofessionnels forment les deux autres collèges. La concertation territoriale est entrée dans sa phase finale entre le 17 septembre et le 6 octobre, avec quatre réunions de synthèse, concernant les quartiers Est, Ouest, Sud et Nord.
Ce processus de concertation aboutit cet automne à une étape charnière où les délibérations des dix conseils de quartier croisent les cinq défis définis par la ville : équité sociale et urbaine ; équilibre entre nature, habitat et activités ; économie d’énergies et de ressources ; accessibilité. Les 23 septembre et 23 octobre, ces cinq défis ont servi de toile de fond à trois ateliers thématiques : « Métropole et proximité », « Ville et nature » et « Ville passante » (1). Ces ateliers ont confronté les points de vue locaux avec les analyses d’experts extérieurs, qui n’ont pas hésité à user de leur liberté de parole pour inciter les Strasbourgeois à « sortir des schémas d’il y a cinquante ans », et à livrer leurs rêves les plus ambitieux.
Les conseils de quartier n’ont pas attendu l’injonction du consultant de Transit-City pour sortir de leurs frontières territoriale et mentale : « Notre proposition de tram de grande ceinture tend à sortir du système radial qui caractérise les transports en commun d’aujourd’hui », souligne, par exemple, Jean-Claude Gutapfel, représentant du conseil du quartier péricentral des Quinze.
« Au-delà des problèmes de vie quotidienne, nous avons partout enregistré l’appétit des gens pour le débat sur la ville », se réjouit l’adjoint à l’urbanisme, Alain Jund.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Une renaissance pour l'agenced'urbanisme

« Construire une vision qui ne soit pas celle de l’agence, mais celle des élus et de la population. » Directrice générale de l’Agence de développement et d’urbanisme de l’agglomération strasbourgeoise (Adeus) depuis cet été, Anne Pons résume ainsi le défi posé par l’élaboration du PLU.
Pour transformer Strasbourg en une ville « apprenante », l’Adeus n’a pas hésité à traverser l’Atlantique : « Nous avons cherché à tirer les enseignements de la pratique de Montréal dans l’élaboration d’une stratégie urbaine par la concertation », témoigne son directeur adjoint, Yves Gendron.
L’Adeus bénéficie d’une nouvelle répartition des rôles à l’intérieur de la communauté urbaine : depuis le début de l’année, l’agence pilote les vingt-huit PLU sur commande du service communautaire de la planification territoriale. Sur les thèmes qui ne relèvent pas de sa compétence, elle s’appuie sur des ingénieries spécialisées. Ce cas de figure concerne notamment la biodiversité : Strasbourg joue le rôle de pilote en tant que première grande ville intégrant à son PLU une étude d’évaluation environnementale, conformément à l’article R.121-14 du Code de l’urbanisme.

(1) Expression empruntée à l’urbaniste David Mangin.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X