Marketing-Achat STRATéGIES INDUSTRIELLES

Le pari du made in France

Mots clés : Distribution - Produits et matériaux - Second oeuvre

Face à des importations massives, le parquet français doit reconquérir ses lettres de noblesse. Un enjeu qui se place autant sur le plan technique qu’environnemental et esthétique.

Mondialisation oblige, le parquet hexagonal doit réagir contre l’afflux de produits de pays importateurs, issus principalement de Chine et de Pologne. Des régions du monde qui encouragent la transformation de matières premières par une main-d’œuvre sous-rémunérée. Et qui, de fait, affichent des coûts de production moindre. Ainsi, cette offre low cost a inondé les rayons des grandes surfaces de bricolage (GSB). Conséquence : si les parquets massifs feuillus, principalement en chêne, ont enregistré de belles progressions, avant le recul connu depuis deux ans, elles se sont accompagnées d’une augmentation conséquente des importations du Sud-Est asiatique. Or, les GSB « n’ont pas toujours joué le jeu. Elles ont entraîné une confusion dans l’esprit du consommateur. Aujourd’hui, ce dernier ne sait plus faire la différence en terme de qualité entre des produits d’import et des parquets produits en France », regrette Jean-Luc Roy, directeur général de Panaget. En outre, « désormais dans un marché de déflation, les prix baissent alors que les coûts des matières premières, eux, continuent d’augmenter », révèle Eric Mantion, directeur commercial de la Parqueterie Berrichonne. « Nous sommes en suroffre et en surproduction ». Une dure réalité qui vient de frapper de plein fouet le leader national, Parquets Marty. En dépit d’un plan de sauvetage mis en œuvre l’an passé, la société basée dans le Lot-et-Garonne ne résiste pas à la crise et à un chiffre d’affaires à l’export en berne. Alourdie par un outil de production surdimensionné, elle a été déclarée en cessation de paiement en mai dernier et attend un éventuel repreneur.

Adapter l’outil industriel

Conséquence : la production française doit se réadapter. Face à une progression des essences nobles, typiquement européennes, pour contrer les parquets low cost, elle organise son repositionnement vers la qualité. Et de plusieurs manières. D’abord du côté de l’outil industriel. « Nous avons réduit la voilure, image Eric...

Vous lisez un article de la revue Negoce n° 348 du 15/06/2011
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X