Architecture Restauration

Le palais d’Antin retrouve la lumière

Les couvertures et la rotonde du bâtiment qui abrite le Palais de la Découverte viennent de faire peau neuve.

Le 15 avril 1900, l’Exposition universelle de Paris ouvre ses portes. En point d’orgue, un monument « consacré à la gloire de l’art français » est inauguré : le Grand Palais. Outre sa nef, sa galerie sud, sa galerie nord et ses salons d’honneur, un bâtiment est édifié sur sa partie ouest : le palais d’Antin, coiffé d’une coupole centrale elliptique. Août 2016. La restauration du palais d’Antin est actée. Un platelage est déployé à 14 m de haut (au niveau des chapiteaux des piliers) dans le hall de ce bâtiment devenu, en 1937, hôte du Palais de la Découverte. Objectif : installer sur ce plancher de charpente, soutenu par quatre piliers d’étaiements, un échafaudage haut de 13 m afin d’atteindre le plafond verrier de la structure. Deux mois plus tard, en extérieur, un échafaudage parapluie de 42,5 m de large (1 870 m² de surface) commence à envelopper, dans le cadre de sa mise hors d’eau, le dôme de la rotonde. Les travaux de restauration – jamais entrepris jusqu’alors – de cet élément architectural vieux de 116 ans peuvent commencer.

Un plafond de 632 verres. « Ce chantier a revalorisé l’ouvrage, qui arbore une charpente métallique de forme elliptique, pour redonner toute sa splendeur au hall central du bâtiment », explique Delfim Caseiro, chargé de projets de l’architecte en chef des monuments historiques, François Chatillon, maître d’œuvre du projet. En intérieur, au...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5969 du 30/03/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X