Régions Vosges

Le nouvel hôpital d’Epinal pose ses fondations

Mots clés : Bois - Création d'entreprise - Établissements de soins - Fondation - Transport ferroviaire

330 scieries dans le secteur bois Grand Est. La région a signé le premier contrat régional de cette filière cet été.

101,5 M€ pour la création de la quatrième voie ferrée entre Strasbourg et Vendenheim (Bas-Rhin) de 2018 à 2021.Région Grand Est.

3 742 créations d’entreprises de construction dans le Grand Est en un an, en hausse de 3,1 %.Cerc, à fin mars 2017.

Le chantier du nouvel hôpital public d’Epinal (Vosges) bat son plein. Mi-juillet, l’installation de la dernière des six grues a permis l’entrée en pleine cadence du projet. Bien que redéfini par son maître d’ouvrage, le centre hospitalier Emile-Durkheim, afin de rester dans l’enveloppe budgétaire de 130 M€ toutes dépenses confondues dont 85 M€ HT de travaux (lire « Le Moniteur » du 24 février 2017, p. 41) , le projet conserve une dimension exceptionnelle à l’échelle de la ville : 69 000 m2 de surface de plancher, 250 000 m3 de terres déblayées, 40 000 m3 de béton, 700 km de câbles électriques installés. Le centre hospitalier peut désormais envisager avec confiance une livraison au premier semestre 2020 du bâtiment conçu par le cabinet d’architectes mulhousien Studio Martini selon une disposition « en peigne » autour d’une allée centrale.

Paroi clouée de 14 m de haut. Le redécoupage des marchés a abouti à une organisation en 12 lots individuels et macrolots. Parmi ceux-ci, le gros œuvre-clos couvert (élargi à des terrassements complémentaires et à la serrurerie) a été attribué à

Demathieu Bard Construction pour 37,2 M€ HT (1). Pour le groupe lorrain, la phase en cours des fondations est la plus technique : « Nous avons mis en œuvre une paroi clouée de 14 m de haut au nord-est du chantier, afin de pouvoir terrasser un talus très abrupt en toute sécurité et stabiliser le sol », relate Pierre Maitre, directeur de projet. L’opération a requis le minage de la zone concernée pour fracturer la couche de grès compact, puis la mise en place d’un treillis soudé et de tirants métalliques et la projection de béton sur 20 cm d’épaisseur. Par ailleurs, la zone sud du chantier repose sur 83 pieux « tangents » (posés en quinconce) qui assurent le soutènement de la voirie et permettent le terrassement de 7 m de haut nécessaire à la réalisation du bassin de rétention des eaux pluviales.

Le chantier doit également composer avec l’exiguïté du terrain de 4 hectares, encastré dans le tissu urbain. La configuration justifie l’emploi simultané de six grues. Une voie périphérique relève le défi de la circulation des matériels et des engins de chantier. Cette desserte sur tout le pourtour des zones de travaux fera aussi gagner du temps : elle facilitera le démarrage du second œuvre à certains endroits, dès le gros œuvre achevé, sans attendre la fin complète de ce macrolot qui est attendue en novembre 2018.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) Les autres entreprises sont Peduzzi TP (voiries, espaces verts) ; Eiffage Energie Thermie (CVC, GTC, plomberie, fluides médicaux) ; Sodel (réseaux secs) ; Kone (lots ascenseurs et portes automatiques) ; Olry Cloisons (cloisons plâtre, faux plafonds) ; Les Peintures Réunies (peinture) ; Clestra Hauserman (cloisons amovibles) ; Hunsinger (menuiseries intérieures) ; Lagarde et Meregnani (revêtements de sols) ; Onet (nettoyage).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X