Autres

Le nouveau chef de la rénovation urbaine

Mots clés : Politique de la ville - Rénovation d'ouvrage - Rénovation urbaine

Philippe Van de Maele, directeur général de l’ANRU

«Je me sens bien dans le rôle d’un chef de projet ou en chef de mission. » Philippe Van de Maele (43 ans) a de la chance. Car le poste auquel il vient d’être nommé – directeur général de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) – va précisément lui permettre de piloter une des missions les plus importantes de ces cinq prochaines années : le remodelage des grands quartiers d’habitat social.

Une tâche à laquelle s’est attelé le ministre délégué à la Ville, Jean-Louis Borloo, dès son arrivée au gouvernement et à laquelle Philippe Van de Maele a contribué en tant que directeur adjoint de son cabinet. Deux ans de travail d’où est sortie en août dernier la loi de programmation et d’orientation pour la ville et la rénovation urbaine qui a donné naissance à l’Anru, ce fameux « guichet unique » doté de moyens exceptionnels (6 milliards d’euros).

X-Ponts, Philippe Van de Maele sort du sérail. Pourtant, il a saisi chaque occasion que lui offrait son parcours professionnel pour enrichir son profil d’ingénieur en chef des ponts et chaussées : dès son premier stage, il part à la Martinique. Le second le verra travailler pendant un an sur la reconversion de sites industriels de Saint-Gobain. Puis il reprend ses études pour faire une dernière année au collège des ingénieurs afin d’élargir sa formation au management, ressources humaines et recherche-développement.

Il retourne ensuite en DDE à la Martinique où il s’occupe d’un dossier délicat : la réforme du statut des dockers. « Cela m’a fait connaître le social » : l’expérience l’a passionné. Comme lui a plu la conduite d’opération complexe avec plusieurs maîtres d’ouvrage pour l’aéroport de Fort-de-France. Ces expériences croisées intéressent les conseillers de Dominique Perben qui l’appellent au cabinet de l’Outre-mer comme conseiller technique pour les infrastructures. Il y travaille sur la réforme du financement du logement social mais aussi sur les « 50 pas géométriques », cette bande de 80 mètres sur le littoral appartenant à l’Etat.

Changement en 1995 : Philippe Van de Maele rejoint le cabinet d’Eric Raoult à la Ville et contribue à la première génération de zones franches urbaines (ZFU) et aux emplois ville. Là encore, la dimension sociale des dossiers l’intéresse : « Dans mon métier, j’ai besoin de sentir que mon action sert à quelque chose et si possible à des gens qui en ont besoin. »

De l’Equipement aux ministères

1981 : Ecole polytechnique et Ecole nationale des ponts et chaussées.

1987 : responsable du service des grands travaux. DDE de Haute-Garonne (Toulouse).

1991 : responsable du service du port et de l’aéroport, DDE de la Martinique.

1994 : conseiller technique au cabinet de Dominique Perben, ministère de l’Outre-mer.

1995 : conseiller au cabinet d’Eric Raoult, ministère de la Ville.

1998 : responsable des projets d’infrastructure et de développement urbain à la Banque interaméricaine de développement.

2001 : responsable énergie, transport et communication de World Business Inc.

2002 : directeur adjoint du cabinet de Jean-Louis Borloo.

2004 : directeur général de l’Anru.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X