Enjeux Déchets

Le négoce appelle à négocier

Mots clés : Distribution

Le 17 janvier, le Conseil constitutionnel a répondu à la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) soulevée par la Confédération française du commerce de gros et international (CGI) : oui, la loi peut imposer aux distributeurs et négociants de récupérer les déchets de matériaux de construction qu’ils vendent. Ainsi, jusqu’à nouvel ordre, cette obligation, entrée en vigueur le 1er janvier 2017, demeure. Le Comité de liaison de la distribution professionnelle au bâtiment (Clab) a toutefois rappelé que le dispositif faisait toujours l’objet d’une requête en excès de pouvoir devant le Conseil d’Etat. Il étudie la possibilité de déposer un référé pour suspendre cette obligation « qui fait peser une charge particulièrement lourde » sur les entreprises du secteur. L’organisme demande aussi aux pouvoirs publics de « réunir localement l’ensemble des acteurs, publics et privés, concernés par cette problématique afin d’identifier clairement les besoins et d’impliquer tous les maillons de la chaîne, seul gage de solutions efficaces et pérennes ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X