Architecture Réhabilitation

Le modernisme modernisé

Mots clés : Bâtiment et santé - ERP sans hébergement - Rénovation d'ouvrage

Débarrassée de son amiante, la faculté de médecine de l’université Paris-Descartes bénéficie d’une remise à niveau.

Tous les Parisiens s’accordent sur ce fait : l’hôpital Necker est grand, très grand. A tel point que seuls les initiés peuvent distinguer chaque construction de cet agglomérat. Le bâtiment de la faculté de médecine de l’université Paris-Descartes, au 156 rue Vaugirard dans le XVe arrondissement de la capitale, constitue néanmoins une exception. Avec ses 27 m de hauteur, sa forme de pavé droit et ses deux façades blanches, l’immeuble détonne dans le quartier. Et, depuis 2014, on le remarque d’autant plus qu’il est en travaux. En effet, cette réalisation de l’architecte André Wogenscky, ouverte en 1969, contenait de l’amiante. Un problème de taille pour les nombreux occupants : le site de 22 000 m2 Shon accueil lait dans une tour en R + 9, répondant aux critères IGH, des laboratoires de recherche ainsi que des locaux d’enseignement et administratifs au sein d’un socle de deux niveaux en sous-sol.

Les pouvoirs publics ont lancé une opération de désamiantage, suivie d’une réhabilitation complète de l’édifice. Le tout sous la conduite de l’Etablissement public d’aménagement universitaire de la région Ile-de-France (Epaurif). « Le premier chantier s’est terminé en 2015, indique Julien Bertron, responsable d’opérations de l’Epaurif. Le second a débuté en avril 2016. Ces travaux consistent à adapter le bâtiment aux normes de sécurité incendie et d’accessibilité. Les installations techniques sont...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5958 du 12/01/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X