Management et prévention

Le juge apprécie souverainement si un accident est survenu par le fait ou à l’occasion du travail

Cour de cassation, 2e chambre civile, 28 mai 2009, n° 08-14132.

Un salarié se voit diagnostiquer, en novembre 2000, un décollement de la rétine. La caisse d’assurance-maladie refuse de prendre en charge cette affection au titre de la législation sur les accidents du travail. Une décision confirmée par le juge. Contestation du salarié : le chef de chantier avait reconnu avoir été informé « d’une gêne dans un œil » avant le diagnostic du décollement de rétine, plainte confirmée par deux témoins.

Question

Le tribunal pouvait-il, dans ces conditions, refuser de reconnaître le caractère professionnel de l’accident ?

Réponse Oui, car les juges du fond apprécient souverainement si un accident est survenu par le fait ou à l’occasion du travail.

Commentaire Selon le salarié, à la faveur de ces témoignages, il incombait à la Caisse ou à l’employeur d’établir que la lésion était sans rapport avec le travail. La Cour de cassation refuse de le suivre : le juge a pu constater, dans l’exercice de son pouvoir souverain – en l’espèce sur la base d’une expertise – que la lésion n’était pas imputable aux conditions de travail de l’intéressé.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X