Marketing-Achat

Le haut de gamme passe par les installateurs

Mots clés : Apprentissages - Architecture intérieure - Chauffage - froid

Le marché des chaudières et poêles à granulés est encore naissant. Cela n’empêche pas l’émergence d’une offre à bas coût. Pour y faire face, les constructeurs de produits haut de gamme misent sur le design et les fonctionnalités et renforcent la formation des installateurs.

L’entrée en vigueur du crédit d’impôt sur la transition énergétique (Cite) va contribuer à relancer les ventes de poêles et chaudières à granulés, après une année 2014 plutôt morose. Dans ce contexte, les appareils les moins polluants et les plus performants au plan énergétique vont, semble-t-il, tirer leur épingle du jeu. « En général, le crédit d’impôt contribue à la montée en gamme des produits vendus, parce qu’il permet aux ménages de choisir un appareil plus performant », note Damien Mathon, délégué général au Syndicat des énergies renouvelables (Ser).

Travailler le design

Cependant, les appareils correspondant aux exigences du législateur ne sont pas forcément les plus onéreux. On trouve de plus en plus de chaudières et de poêles d’entrée de gamme qui répondent au cahier des charges. De plus, ils ne viennent pas forcément d’Asie, comme en témoigne la chaudière à granu-lés Easypell à chargement manuel distribué par le réseau d’agences Ökofen. S’inspirant du secteur automobile, ce constructeur autrichien a concédé une licence de fabrication à un industriel pour produire un appareil éligible au crédit d’impôt et qui sera commercialisée 5 490 €. De quoi faire trembler ses concurrents, sachant que les chaudières automatiques sont vendues entre 5 000 et 15 000 €.

Du coup, pour préserver leurs marchés face à la montée du low-cost, les constructeurs de chaudières à granulés haut de gamme se concentrent sur le design des produits, multiplient les fonctionnalités afin d’apporter plus de confort à leurs clients finaux, et renforcent la formation des installateurs. Il en va de même pour les constructeurs de poêles à pellets, dont les appareils sont vendus entre 1 600 et 6 000 €. (source : Agence de l’environ- nement et de la maîtrise de l’énergie – Ademe, 2014).

Un marché dominé par les industriels étrangers

À la différence des chaudières à granulés qui s’installent dans les locaux techniques, les poêles à granulés prennent place dans le salon. « Le prix de vente se situe dans une fourchette de 2 000 à 2 500 € », reprend Damien Mathon. Ces appareils s’adressent aux logements existants ayant des besoins limités en chauffage ou encore aux maisons basse consommation. À la différence des poêles à bûches, ils offrent une autonomie de douze à soixante-douze heures pour un rendement supérieur à 80 %. Les premiers appareils sont arrivés en France en 2002, après avoir...

Vous lisez un article de la revue Negoce n° 403 du 18/02/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X