Régions Nanterre

Le foyer Maurice-Ravel menacé de démolition

Mots clés : Politique du logement

Tel un village dans la ville, cette résidence pour jeunes musiciens, construite en 1978 à Nanterre (Hauts-de-Seine) par Jacques Kalisz (1926-2002), superpose 100 cubes sur trois à cinq niveaux autour de placettes. En retrait ou en porte-à-faux, ils composent un jeu de pleins et de vides, une architecture proliférante et combinatoire. Chaque volume abrite un duplex d’une trentaine de mètres carrés, desservi individuellement par des circulations extérieures propices aux échanges. S’y ajoutent une salle de concerts, une bibliothèque-discothèque, une salle de répétition. En lisière du parc André-Malraux, le foyer Maurice-Ravel se situe au cœur d’un ensemble cohérent d’œuvres de Jacques Kalisz, qui comprend cinq immeubles de logements en gradins et l’ancienne école d’architecture de Paris-La Défense, que l’Etat laisse littéralement tomber en ruine.

Depuis les années 2000, le foyer souffre d’un grave manque d’entretien : dysfonctionnement du chauffage et de la ventilation, humidité, bétons éclatés, câbles électriques dangereux, fermeture de l’auditorium, des salles...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5969 du 30/03/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X