Technique et chantier

Le finisseur de Lherm TP déroule son ruban noir sur les emprises étroites

Mots clés : Travaux publics

Sur les petits chantiers auparavant réalisés à la main, le minifinisseur apporte confort et qualité.

ZAC Pahin, à Tournefeuille dans la banlieue de Toulouse. Le finisseur Vögele Super 700 de l’entreprise Lherm TP entame un de ses tout premiers chantiers : une aire de stationnement longitudinale de 2 m de large en emprise sur un trottoir en béton balayé. Cette bande terrassée va être couverte d’un béton bitumineux sableux, un enrobé noir 0/6 sur 5 cm d’épaisseur. La pose totale d’enrobé représente 1 400 m² en 1,20 m et 2 m de large. L’équipe du chef de chantier Frédéric Blanc aurait auparavant dû travailler à la main sur une aussi petite superficie. Mais l’arrivée du très compact finisseur à chenilles Vögele Super 700 a changé la donne. Ce petit gabarit à moteur Diesel Deutz de 45 kW, fait pour les « espaces exigus », possède les mêmes atouts techniques que les gros modèles. Lui aussi utilise des palpeurs à ultrasons ou des palpeurs classiques. Ces accessoires sont les mêmes que ceux du gros Super 1600 qui fait partie du parc de Lherm TP et peuvent passer d’une machine à l’autre.

Alimentation à la chargeuse

La distribution d’enrobé profite d’une vis sans fin de grand diamètre qui évite la ségrégation. La table à chauffage électrique a une largeur de base comprise entre 1,10 m et 2 m. Cette largeur de pose est portée à 2,70 m avec des rallonges latérales de 35 cm, et même à 3,20 m avec rallonges de 60 cm. A l’inverse, la machine, qui est équipée d’un système de réduction, peut poser de l’enrobé sur 50 cm seulement entre ses chenilles. « Une souplesse d’utilisation bien adaptée à nos chantiers urbains, souligne Philippe Caekaert, P-DG de Lherm TP. Dans l’agglomération du Grand Toulouse, nous avons beaucoup de trottoirs en 1,40 m de largeur à réaliser. Et de plus en plus de pistes cyclables entre 1,20 et 1,40 m ». La trémie d’une contenance de 5 t est alimentée par camion benne « mais sur un chantier étroit où le camion ne peut pas passer, nous alimentons avec une chargeuse articulée », souligne le directeur de l’exploitation Stephan Revignas. Au-delà du confort de travail des équipes, le finisseur apporte aussi une qualité de rendu et de finition irréprochable. Un vrai plus, selon Stephan Revignas. « Cela rassure le client de faire appel à une entreprise qui dispose d’un tel matériel », affirme-t-il.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Vous êtes intéressé par le thème Chantiers ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X