Négoce

Le digital questionne l’essence du négoce

Mots clés : Carburant - Distribution

La vocation du négoce est de stocker et de vendre à des professionnels des matériaux et des fournitures pour le bâtiment. Il doit repenser son modèle économique face à la digitalisation du métier.

1 – LES PLATES-FORMES D’INTERMÉDIATION

La création des premières plates-formes numériques d’intermédiation dans le bâtiment remonte à 2011.

En mai 2017 (1), la Fédération française du bâtiment (FFB) a recensé 150 sociétés qui se développent sur l’ensemble de la chaîne de valeur : acquisition de clientèle, exécution de travaux, approvisionnement et coordination de chantier. « Elles captent déjà 11 % des affaires (essentiellement dans le dépannage et dans l’entretien). » Toutefois, aucun modèle n’émerge (C to C, ), B to C, B to B (2), ni même aucun acteur.

Pourtant, le secteur excite les appétits des groupes comme Adeo, Amazon, Axa, Europ Assistance, Le Bon Coin, Maif, MGEN, Saint-Gobain ou Vivendi. La FFB estime qu’une dizaine de plates-formes devraient survivre, mais que leur impact affectera « fortement l’organisation et la relation commerciale des entreprises du bâtiment ». En effet, la valeur d’une telle structure réside dans une double capacité : coordonner les relations entre plusieurs acteurs d’un marché, et créer un écosystème autour d’elle.

Résultat, les grandes manœuvres dans le secteur ont débuté. Helloartisan a tissé un partenariat avec Distriartisan et Batiwiz ; Hellocasa s’engage avec Bricorama, BHV et CDiscount ; Youpijob s’associe avec Debonix (Descours & Cabaud)…

2 – LE POIDS DES MARKETPLACES

...
Vous lisez un article de la revue Negoce n° 434 du 13/09/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X