Régions Lot

Le développement durable profite au menuisier Jauzac

Pour la Maison du département de Saint-Céré (conception : Bergès, Figeac et Almudever, Toulouse), inaugurée le 10 juin par le conseil général du Lot, l’entreprise Jauzac a notamment réalisé la structure et le bardage extérieur. Sur ce chantier (14 mois), l’entreprise de menuiserie-charpente de Biars-sur-Cère (Lot) a préfabriqué au maximum, transportant ainsi des murs longs de 13 m et hauts de 4,50 m. Elle appliquera la même méthode pour la Maison départementale de l’enfance à Cahors (conception : Belcour-Hebert-Ouvrieux, Cahors), réalisée sous maîtrise d’ouvrage du conseil général du Lot.

Projets d’architectes

Ces deux chantiers ont permis à la PME de compenser la baisse d’activité avec les particuliers et les industriels. Mais la reprise de la demande pour les maisons à ossature bois devrait rééquilibrer la répartition de la clientèle dans le chiffre d’affaires de 4,9 millions d’euros en 2010. Réalisés en démarche environnementale, ces chantiers illustrent aussi la volonté de Bernard et Jean-Louis Jauzac, les dirigeants de la SARL créée en 1988 avec leur père, de fabriquer « le mouton à cinq pattes » : « Nous privilégions les projets d’architectes qui sortent de l’ordinaire. Nous maintenons ainsi notre savoir-faire », déclare Bernard Jauzac. Préserver les techniques artisanales n’exclut pas le recours à l’industriel et s’accompagne de la maîtrise des nouvelles réglementations thermiques. Après une formation aux économies d’énergie (Feebat), Bernard Jauzac et deux collaborateurs vont se former pour obtenir la qualification Bâtiment à basse consommation (BBC). Avec le développement durable comme fil directeur, la PME recycle depuis l’origine les déchets de bois utilisés comme combustible. Elle a investi en 2007 dans une chaudière de 550 kWh. Alimentée par les copeaux, sciures et la poussière de ponçage, elle chauffe ateliers, séchoirs à bois et bureaux. Pour valoriser le surplus d’énergie (un tiers du volume total), Jauzac produit des granulés de bois vendus, via des grossistes, aux particuliers et collectivités. L’activité mobilise deux des 38 salariés. L’investissement de 400 000 euros est amorti. L’unité a atteint le seuil de rentabilité en frôlant les 700 tonnes par an.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X