Régions Hérault

Le département mise sur le label Grand Site de France

La région Occitanie sélectionnera d’ici à janvier ses Grands Sites. Des sites patrimoniaux, culturels, naturels et historiques de forte notoriété qui concourent fortement à sa qualité et à son identité et nécessitent une gestion globale afin d’assurer leur préservation et leur attractivité touristique.

Avec cinq démarches Grands Sites de France engagées et deux sites labellisés – Guilhem-le-Désert, les gorges de l’Hérault et le cirque de Navacelles – l’Hérault se montre particulièrement actif en la matière. Le label attribué par l’Etat pour six ans implique une gouvernance partagée et des financements supplémentaires. Cette démarche a déjà permis au département de restaurer les écluses de Fonséranes à Béziers (« Le Moniteur », n° 5934, p. 20) , de créer la passerelle des Anges de l’architecte Rudy Ricciotti dans les gorges de l’Hérault, et de requalifier le cirque de Navacelles.

Démarche globale et cohérente. Ce dernier site est le quinzième de France à avoir obtenu le label, au mois de juin. La récompense d’une politique démarrée il y a trente ans. Et après avoir restauré les deux belvédères et rénové les moulins de La Foux, la communauté de communes Lodévois et Larzac s’apprête à débourser 1,7 million d’euros pour faciliter l’accès au site, tout en préservant son intégrité. A partir d’octobre, des travaux seront ainsi menés sur les réseaux, la voirie, les falaises tandis qu’une station d’épuration enterrée sera réalisée.

« Entre le 1er juillet et le 31 août, nous accueillons entre 600 et 1 000 véhicules par jour dans un village de 1 600 habitants, explique Caroline Salaün, directrice du syndicat mixte grand site du cirque de Navacelles, chargé de coordonner et d’animer les démarches liées au label, cela induit des difficultés de stationnement et des dégradations. » De nouvelles places vont être créées, les éboulis au pied de la falaise enlevés et réutilisés pour reprendre les murets, la falaise – appelée l’huître, en raison de sa forme – va être confortée et ses terrasses et sentiers restaurés.

Au-delà des financements européens assurés, la démarche Grand Site induit une gestion commune et cohérente, même si le site est à cheval sur plusieurs territoires, partagé entre l’Hérault et le Gard.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X