Evénement Sanitaire

Le connecté à l’affût des mauvais tuyaux

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Après la maîtrise des consommations d’eau, c’est la recherche en continu des fuites qui se démocratise.

Longtemps très technique, la maîtrise des fuites d’eau est aujourd’hui facilitée par les dispositifs connectés. Les salons Interclima + Elec et Idéobain reflètent cette tendance, en présentant notamment le système Sense Guard du robinetier Grohe (stand 3B-100 d’Idéobain, qui a décroché le trophée d’argent dans sa catégorie au Concours de l’innovation. Une vanne à poser en entrée de réseau de distribution sanitaire communique sans fil avec des capteurs d’humidité à répartir dans le logement : sous la baignoire, dans un meuble sous vasque… Ces détecteurs mesurent l’humidité et la température des locaux, détectent les fuites ou les ruptures de canalisation et peuvent, en cas de fuite ou de gel, émettre une alarme sonore ou visuelle, ainsi qu’une alerte sur smartphone via l’application Ondus. Depuis son portable, l’occupant commande alors la fermeture de son alimentation en eau.

En apparaissant dans la gamme de Grohe, cette technologie qui adopte les codes du connecté annonce d’autres initiatives de ce type. Elle n’est pourtant pas si nouvelle. Des fournisseurs d’appareillages, tel Honeywell, proposent déjà des détecteurs filaires de fuite d’eau, avec report sur alarme. Et depuis plusieurs années, des entreprises du secteur de l’équipement des réseaux sanitaires développent des solutions similaires.

Automatiser la coupure en cas de fuite. L’un de ces innovateurs est Hydrelis, qui a lancé l’idée du « disjoncteur d’eau ». Ainsi, en cas de fuite – à condition que le débit soit stable et continu -, l’appareil coupe l’alimentation en eau. L’action est immédiate en cas de rupture de canalisation, et intervient après un délai d’une heure si le débit est faible. Ce système, nommé Switch-Flow, convient aux canalisations de 15 à 100 mm de diamètre et s’adresse aux particuliers, aux entreprises et aux services de distribution d’eau.

Selon Hydrelis, un parc de 5 000 appareils est déjà installé. Une version strictement résidentielle, Stop-Flow, est également disponible.

De la détection des fuites à la maîtrise des consommations, il n’y a qu’un pas. Depuis peu, Hydrelis propose aussi une solution tertiaire : la coupure d’eau dans les blocs sanitaires grâce à un disjoncteur d’eau relié à un détecteur de présence. Le principe : l’alimentation des lavabos, urinoirs et réservoirs de chasse s’ouvre dès qu’une personne entre, puis elle se referme après un délai d’inoccupation programmé. Les utilisateurs de cette solution sont notamment les gestionnaires de locaux tertiaires, de centres commerciaux et d’établissements scolaires.

Compter et conseiller. Sur ce terrain, la concurrence s’aiguise. Le poitevin Orion Technologies propose notamment la solution de contrôle Visi’Eau. Une vanne permet la mesure des débits et un report des consommations sur une unité centrale. Pour s’affranchir des réseaux informatiques sans fil, cette entreprise a choisi une communication radio. Et, ce afin de relier plusieurs sites à une seule plate-forme.

Les fournisseurs d e compteurs d’eau ne sont pas en reste. Sféraco équipe désormais les compteurs d’appartement d’un module de communication. Les informations sont récupérées sur un ordinateur portable grâce à une antenne wifi. Le logiciel d’exploitation analyse ensuite les consommations et les dérives. Pour sa part, Ista propose aux bailleurs et syndics une offre de service, nommée Alegr’Eau. Cette dernière comprend une analyse des écarts entre les relevés et les consommations, une recherche des anomalies et, pour les gros consommateurs (2 % des ménages), un accompagnement sur l’utilisation de l’eau.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X