Régions Paris

Le chauffage urbain mise sur l’autonomie dans le XVIe

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Chauffage - froid - Logement social - Politique européenne - Qualité de l'eau - eau potable - Services urbains

76 M€ Montant du prêt de la BEI pour financer la nouvelle station d’épuration de Bonneuil-en-France (Val-d’Oise).

6 455 logements franciliens rénovés en 2017 dans le cadre du programme Habiter mieux (+ 52 % sur un an). Source : CRHH.

236 350 demandeurs d’un logement social à Paris en 2016 (dont 57 % habitent dans la capitale). Source : Apur.

La Compagnie parisienne de chauffage urbain (CPCU) termine les finitions d’un réseau autonome de chaleur dans le quartier du boulevard Suchet (Paris XVIe ). Mise en service l’hiver dernier, cette chaufferie biomasse alimente en chaleur quatre immeubles (500 logements) et une crèche (66 berceaux) par une boucle d’eau chaude de 300 mètres. Six chaudières de 135 kW chacune, dont la mise en place a été confiée par la CPCU à l’entreprise Agronergy, sont implantées dans les sous-sols d’un des immeubles et alimentées par des granulés de bois produits en Ile-de-France. Elles consomment 600 tonnes/an de bois. Les cendres (20 tonnes/an) sont réutilisées comme fertilisant par les serres d’Auteuil.

Coût équivalent. « La chaufferie biomasse alimente à 50 % le réseau en énergie renouvelable. L’autre moitié est assurée par une chaudière gaz de 2 MW, située dans les sous-sols d’un autre immeuble. La production annuelle pour l’ensemble est de 2 500 MWh. L’installation, pilotée à distance grâce à un smartphone, est neutre en...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5975 du 11/05/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X