Régions Rennes

Le centre commercial Open Sky encore retardé

Mots clés : Centre commercial - Magasin

Rennes Métropole aura-t-elle son ovni de la grande distribution, à l’instar d’Angers et son Atoll ? La question reste en suspens depuis 2013. Prévu sur 9 ha à Pacé (Ille-et-Vilaine), en extension de la zone Rive Ouest qui accueille déjà Ikea, le centre commercial Cora-Opéra et d’autres enseignes, l’Open Sky devait en effet ouvrir ses portes en 2017. Or, ce projet de méga centre commercial à ciel ouvert –retail park de 40 000 m2 SP porté par le promoteur parisien La Compagnie de Phalsbourg associé au groupe Blot Immobilier – essuie une série de recours qui retardent le début des travaux. Le dernier en date, portant sur le dépôt de la demande d’autorisation à la commission départementale d’aménagement commercial (CDAC), a été déposé mi-juillet devant le Conseil d’Etat. La juridiction administrative se prononcera dans les mois qui viennent sur la recevabilité de la requête. Le promoteur espère être fixé d’ici à la fin de l’année.

Un archipel de commerces. Le compromis de vente porte sur une superficie de terrain de 92 000 m² environ. Il a été signé avec la société d’aménagement de Rennes Métropole Territoires et Développement, l’aménageur de la ZAC des Touches. Comme tous les projets de La Compagnie de Phalsbourg, l’Open Sky mise sur une architecture spectaculaire pour habiller les enseignes classiques de la grande distribution. A l’instar de l’Atoll, le retail park rennais a été imaginé par l’agence AAVP (Vincent Parreira). Il est conçu comme une « promenade commerciale et attractive » en forme de rhizome « surplombée d’une couverture légère et cristalline en ETFE ». Un archipel de commerces (35 boutiques, 5 restaurants) dans lequel l’usager se déplacera à l’abri des intempéries. Tout comme l’anneau de résille blanche de l’Atoll, la toiture, mi-structure mi-sculpture, constituera le principal produit d’appel du futur centre commercial.

Le promoteur mène actuellement plusieurs projets de ce type en France, deux en région parisienne – dont un à Plaisir (Yvelines) qui démarre – et un à Valbonne (Alpes-Maritimes), différé lui aussi pour permettre l’intégration de la future gare SNCF.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X