Régions Marseille

Le campus IMVT remodèlera le quartier Saint-Charles

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Gares, aéroports - Marché de l'immobilier - Réglementation

550 Nombre de logements en appel d’offres par Pitch Promotion en 2018 dans le Var et les Alpes-Maritimes.

46 M€ de travaux prévus en 2018 (contre 40 M€ en 2017), pour l’aéroport Marseille Provence situé à Marignane.

21 communes de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur seront exemptées de sanctions SRU en 2018 et 2019.

Ala rentrée 2021, à Marseille, quelque 1 500 étudiants intégreront l’Institut méditerranéen de la ville et des territoires (IMVT) situé dans le quartier Saint-Charles, près de la porte d’Aix. Il regroupera trois établissements : l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Marseille-Luminy (Ensam), l’antenne marseillaise de l’Ecole nationale supérieure du paysage de Versailles, et l’Institut d’urbanisme et d’aménagement régional (IUAR), département de la faculté de droit et de sciences politiques d’Aix-Marseille Université.

Pour concevoir les trois bâtiments qui composeront le futur campus, le principe du « dedans-dehors » de l’architecture méditerranéenne a été la principale source d’inspiration des quatre architectes de l’agence parisienne NP2F, mandataire de l’équipe de maîtrise d’œuvre lauréate du concours organisé par le ministère de la Culture. Formés à l’école d’architecture de Marseille-Luminy, François Chas, Fabrice Long, Nicolas Guérin et Paul

Maître-Devallon ont fait le pari de créer des patios et des coursives extérieures. Ils ont aussi tiré parti du terrain en pente. Les cinq niveaux de l’IMVT répondent ainsi à la topographie du quartier.

Rapprocher étudiants et enseignants-chercheurs. Les concepteurs ont ensuite raisonné en usage, tout en veillant à donner des possibilités d’autonomie à chacune des disciplines. Un premier bâtiment mutualisera les services communs (administration, bibliothèque, salle des thèses… ). Le second abritera les ateliers et salles de cours. Enfin, le dernier sera dédié à la recherche et à l’expérimentation. « Il créera des connexions dans un même ensemble vertical entre étudiants et enseignants-chercheurs », précise l’architecte Nicolas Guérin.

L’organisation des vides est l’autre point fort du projet largement ouvert sur la place de la porte d’Aix. L’entrée du campus se situe d’ailleurs de ce côté. Le visiteur pénétrera dans une cour au sol calepiné, puis poursuivra son chemin pour atteindre la cour des expériences. Compte tenu du terrain en pente, cette dernière sera en R + 1, posée sur le toit des amphithéâtres. Directement en relation avec le bâtiment de la recherche et de l’expérimentation, elle sera protégée par un auvent vitré. En R + 2, la dernière cour en partie occupée par une pinède donnera sur le point le plus haut du terrain.

Stratégique pour les trois établissements qui ont obtenu l’inscription de l’opération dans le contrat de plan Etat-région, l’IMVT l’est aussi en tant que dernière pièce urbaine de la ZAC Saint-Charles aménagée par Euroméditerranée. Futur élément essentiel de la place de la Porte d’Aix, il apportera de la diversité dans un quartier populaire en pleine reconversion.

Maîtrise d’ouvrage : Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture (Oppic). Architectes : NP2F Architectes (mandataire), Marion Bernard Architectes, Point Supreme Architects, Jacques Lucan Architectes urbanistes. Paysagiste : Atelier Roberta. Bureaux d’études : DVVD (structure), Alto Ingénierie, VPEAS (économiste de la construction), Peutz (acoustique), 8’18 » (lumière). Surface utile : 10 408 m2 .

Consultation des entreprises : septembre 2019. Coût des travaux : 26,3 M€ HT.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X