Régions Alsace

« Le bois construction, principal vecteur de croissance »

Comment la forêt alsacienne fait-elle face aux nouvelles demandes économiques qui pèsent sur elle, et dont débattront les participants aux prochaines rencontres régionales de l’environnement (1) ?

Pour préserver des surfaces boisées qui couvrent 37 % du territoire et dont nous gérons les trois quarts, nos prélèvements s’inscrivent dans le plan d’aménagement forestier établi sur vingt ans. Pour éviter de subir les aléas du marché – comme la chute des cours occasionnée en 2009 par la crise du bâtiment -, nous multiplions les ventes par contrats d’approvisionnement, qui couvrent 90 % des récoltes de résineux en forêt domaniale, et 60 % en forêts communales. Intégrant aussi le développement des chaufferies collectives – dont bientôt celle de Colmar – et l’arrivée à maturité des projets industriels, comme celui de Roquette Frères, la récolte totale en forêt domaniale équivaut à l’accroissement naturel de la ressource. La somme des décisions communales reste pour la récolte de bois légèrement en deçà de cet accroissement naturel.

Comment accompagnez-vous la montée de la demande de plaquettes forestières ?

Filiale de l’ONF, ONF Energies réalise 40 % de son activité nationale en Alsace. Amorcée en 2006 avec moins de 4 000 tonnes, la production devrait avoisiner 80 000 tonnes cette année, grâce à la modernisation du site de Bennwihr, mis en service en février dernier pour approvisionner le marché régional.

La recherche pourrait-elle consolider la filière régionale ?

Principal vecteur de croissance, la construction bois manque de produits d’ossature mis au point pour le hêtre. Depuis la délocalisation en Roumanie de l’industrie du meuble, les ressources du Grand Est dans cette essence dépassent les capacités de transformation. Mais il ne s’agit pas d’une cause perdue : le cours du frêne a repris 30 % cette année grâce à de nouvelles applications dans le bâtiment. Pour le hêtre, les pistes principales concernent la recherche et le développement des produits composites ou des bois massifs reconstitués compatibles avec des machines à commande numérique.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ

(1) « La forêt : des enjeux contradictoires », le 16 juin de 14 à 17 h à la Maison de la région, en présence de Philippe Richert, ministre chargé des Collectivités territoriales, et de Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Ecologie. Plus d’informations sur : www.region-alsace.eu

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X