Enjeux

Le béton passe au vert

Mots clés : Béton

Les industriels renouent avec la croissance et flèchent leurs investissements vers la démarche E+C-.

A Bordeaux, LafargeHolcim fournira, d’ici à septembre prochain, 4 000 m3 de béton recyclé pour construire les 49 logements sociaux de la résidence Florestine. L’ossature de ce bâtiment de 11 500 m² sera la première à être entièrement conçue à partir de gravats issus de déconstructions voisines (1). Un exemple grandeur nature des progrès techniques réalisés par les industriels pour incorporer des matériaux recyclés dans la composition de nouveaux bétons.

Au-delà du cas bordelais, le secteur et ses quatre poids lourds – Cemex, LafargeHolcim, Vicat et Eqiom – opèrent plus largement un virage environnemental. Objectif : emprunter les clous de l’expérimentation E+C- (bâtiment à énergie positive et réduction carbone), qui préfigure la future – et exigeante – réglementation environnementale. Alors que le béton pèse 18 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) sur l’ensemble du cycle de vie d’un bâtiment, les industriels doivent affûter leurs arguments pour démontrer que le matériau affiche toutes les qualités pour répondre aux objectifs de E+C-. Les enjeux de la croissance future sont posés dans un contexte où la conjoncture est propice à l’innovation : l’activité du secteur retrouve des couleurs, à l’image du béton prêt à l’emploi (BPE). « Nous n’avons pas renoué avec les niveaux historiques de 2008 mais la reprise se confirme en 2017 avec une hausse du volume d’activité de 5 % », confirme Benoist...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5969 du 30/03/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X