Chantiers

Le 104 tout en aéraulique et acoustique

Descriptif: transformation des pompes funèbres municipales en lieu de création culturelle • Durée: 14 mois • Spécificité: toutes les salles de spectacles sont désolidarisées et isolées phoniquement • Coût: 60 M€, dont lots techniques 20 M€.

Comment transformer les anciens locaux des pompes funèbres municipales de Paris, situés entre la rue d’Aubervilliers et la rue Curial dans le 19e arrondissement, en haut lieu de création artistique pluridisciplinaire. Ce défi constitue l’un des chantiers les plus sophistiqués en ma tière de requalification de locaux.

Dans cette architecture du début des années 1870 conçue pour la préparation des cérémonies funéraires – le bâtiment est fermé depuis près de dix ans, inscrit aux monuments historiques après avoir été promis à la démolition –, l’architecte Jacques Pajot, de l’Atelier Novembre à Paris, s’est penché sur le marché de définition confié : « créer un lieu de production artistique sans équivalent, dédié à toutes les pratiques artistiques – théâtre, chorégraphie, arts plastiques –, dans des espaces mis à disposition des créateurs. Avec des salles caractérisées, d’autres non… »

Une gageure dans ce qui constituait initialement deux grands halls dans un ensemble de 270 m de long pour 70 m de large. Le projet fini couvrira 35 000 m2 visitables. Les deux nefs de la voie centrale seront ouvertes au public mais fermées par des verrières ; quant aux les bâtiments latéraux – anciennes écuries, garage à corbillard, étage couturières… –, ils accueillent des salles de théâtre et de danse d’un format de 400 à 200 places, voire plus modestes.

Pour Balas, titulaire du lot génie climatique et plomberie, le chantier relève aussi du défi. Chargé d’affaires sur cette opération, Fabrice Randeynes le qualifie plutôt de chantier aéraulique.

10 CTA de 30 000 à 40 000 m3/h chacune

« Deux groupes froid Carrier de 800 kW chacun alimenteront l’ensemble du site. Ils fourniront les batteries...

Vous lisez un article de la revue Journal du chauffage n° 151 du 01/05/2008
PAS ENCORE ABONNÉ
Les articles les plus lus
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X