Régions

LAVAL Un palais de justice dans le centre ancien

Mots clés : Gros oeuvre

Première pierre pour un chantier de 15,5 millions d’euros

Initialement prévu le long des quais, le palais de justice va finalement prendre place îlot Saint-Tugal, au coeur du centre ancien, une volonté du maire de Laval, François d’Aubert. De ce contexte urbain résulte une double façade visible du futur édifice. Rue des Déportés, à l’arrière, l’entrée réservée au personnel et aux magistrats reprend l’ancienne vitrine d’un magasin art-déco du début du XXe siècle. L’option initiale de la dépose-repose a été abandonnée. Elle fait place à une restitution à l’identique à partir d’un relevé photogrammétrique.

A été reprise, en revanche, l’idée d’une verrière apportant une lumière zénithale à la salle des Pas-Perdus. L’entrée du public, place Saint-Tugal, sera constituée d’une façade « verre », qui doit ménager une vue sur les derniers vestiges de la collégiale du XIIIe siècle. La structure du bâtiment est constituée de poteaux-poutres sur dalle portée. Le futur palais de justice regroupera la cour d’assises et les tribunaux, de grande instance et d’instance, de Laval, dont les besoins ont été projetés à l’horizon 2015.

L’édifice, sur une emprise de 2 370 m2, représente 6 607 m2 de Shon, RC + 3, avec combles aménageables. 68 places de parking sont prévues en souterrain sur quatre demi-niveaux. Concernant le gros-oeuvre, les contraintes pour réaliser les fondations en maintenant la pérennité des murs des immeubles voisins imposent le recours à la technique dite des « parois berlinoises ». Des pieux métalliques sont enfoncés sur une dizaine de mètres de profondeur. On descend ensuite par couches successives de 1,5 mètre pour réaliser au fur et à mesure les parois en béton projeté. Cette phase du chantier, originale, démarre début avril.

Fiche technique

Maître d’ouvrage : ministère de la Justice.

Maître d’oeuvre : Jean-Loup Roubert, architecte, assisté de Nadine Clément, Paris.

Conducteur d’opération : DDE de la Mayenne.

Bureau de contrôle : Socotec Laval.

Entreprises : démolitions, Groupement Seche ; terrassements-fondations-gros oeuvre : Groupement Heulin/Sogea ; structure métallique, Entreprise Gruau ; façades et verrières, Groupement MAP/Lucas Reha/Guyon ; couverture étanchéité, Groupement Cruard/Smac Acieroïd.

Bureaux d’ingénierie : AR & C ; Inex ; Betec ; Tomasina, Paris et Aria, Saint-Grégoire (35).

Coût des travaux : 15,5 millions d’euros TTC.

Fin des travaux : début 2006.

DESSIN :

La façade située rue des Déportés reprend l’ancienne vitrine d’un magasin art-déco du début du XXe siècle.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X