Régions

LANGUEDOC-ROUSSILLON Logements sociaux URO Habitat mise sur le développement durable

Mots clés : Démarche environnementale - Développement durable - Logement social - Politique du logement

Peut-on mesurer les performances d’un programme d’habitation en termes de qualité environnementale et de développement durable ? Oui. L’outil de mesure existe : il s’appelle le « domomètre ». Cet instrument fait partie de la boîte à outils conçue par l’Union régionale des organismes d’habitat social du Languedoc-Roussillon (URO Habitat) pour donner corps à sa Charte méditerranéenne de l’habitat. La démarche a été engagée il y a deux ans. Elle vise à modifier l’image du logement social auprès des collectivités locales pour répondre à la crise du logement que connaît le Languedoc-Roussillon.

Dans cette région, confrontée à une croissance démographique trois fois supérieure à la moyenne française et où 70 % des ménages ont droit à un logement social, la part des résidences sociales plafonne à 10 % (contre 17 % en France). 5 000 logements (dont 2 000 neufs) sont mis chaque année sur le marché alors que l’on enregistre 7 500 demandes en attente. « Si nous voulons être en mesure de répondre aux besoins qui sont considérables, nous devons construire autrement », explique Joseph Vidal, président d’URO Habitat.

Guide de bonnes pratiques

L’Union régionale s’est ainsi attachée à bâtir un processus de conception intégrée prenant en compte les quatre dimensions du développement durable : équité sociale, efficacité économique, préservation de l’environnement, gouvernance et partenariat.

La mise en oeuvre de cette démarche de qualité s’appuie sur un guide des bonnes pratiques, le « cahier d’orientation », et un outil de mesure, le « domomètre ». La méthode a reçu une validation officielle : URO Habitat a été deux fois lauréat de l’appel à projets « Outils et démarches en vue de la réalisation d’agendas 21 locaux », lancé en juin par le ministère de l’Ecologie. Cette double distinction visait des projets portés par la communauté d’agglomération de Carcassonne et la ville de Narbonne. Au total, 18 opérations immobilières de la région sont en passe d’être engagées sous le label de la Charte méditerranéenne de l’habitat. « La démarche doit permettre de construire plus et mieux », souligne Denis Rey, directeur d’URO Habitat. L’objectif affiché : faire passer de 2 000 à 4 000 le nombre de logements sociaux construits chaque année en Languedoc-Roussillon.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X