Régions

Languedoc-Roussillon La région lance l’extension du réseau hydraulique régional

La mise en eau, le 21 septembre, d’un siphon sous le Lez, au sud de Montpellier, a marqué le coup d’envoi d’un programme d’extension du réseau hydraulique régional. Baptisé Aqua Domitia, ce projet vise à prolonger vers Béziers et Narbonne l’aqueduc qui amène aujourd’hui l’eau du Rhône jusqu’à Montpellier. L’objectif consiste à la fois à interconnecter les réseaux et à amener une ressource supplémentaire dans des secteurs déficitaires ou susceptibles de le devenir. « Ce projet doit permettre de faire face aux conséquences du changement climatique et d’éviter que la croissance démographique ne se fasse au détriment de l’environnement, explique Claude Allet, président du directoire de BRL, concessionnaire du réseau hydraulique régional. Il ira de pair avec une politique de baisse de la consommation et un programme de réduction des fuites. »

Autorisation d’un premier maillon

La Commission nationale du débat public, saisie par BRL, a considéré début juillet qu’elle ne pouvait se prononcer sur le projet sans disposer des conclusions de plusieurs études en cours. Elle a toutefois autorisé la réalisation, jugée urgente, d’un premier maillon de 16 km au sud de Montpellier. Cette conduite reliera Mauguio, point d’arrivée du canal Philippe-Lamour, à Fabrègues, où elle permettra de sécuriser l’approvisionnement des communes desservies par le Syndicat du Bas-Languedoc. Ce territoire de 190 000 habitants, en forte croissance, est aujourd’hui presque entièrement tributaire de la nappe alluviale de l’Hérault et a atteint la limite des prélèvements autorisés. Le chantier du maillon Sud de Montpellier, chiffré à 54 millions d’euros, sera mis à l’enquête publique du 19 octobre au 20 novembre. La pose d’un siphon sous le Lez en a constitué une étape préalable. Les travaux d’enfouissement de la future conduite devraient commencer en avril 2010 et durer un an. La partie principale du projet Aqua Domitia, entre Montpellier et Béziers, fera l’objet d’un débat public qui pourrait intervenir fin 2010 ou début 2011.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X