Régions

Languedoc-Roussillon Cinq scénarios pour la future ligne Montpellier-Perpignan

Mots clés : Politique des transports - Transport ferroviaire

Faut-il privilégier la grande vitesse ou favoriser le report modal et l’essor du fret ferroviaire ? Telle est, schématiquement résumée, l’alternative qui sera proposée au débat public, qui devrait s’ouvrir fin 2008 ou début 2009 sur le projet de ligne nouvelle Montpellier-Perpignan. Le 14 décembre, un comité de pilotage rassemblant les financeurs des études préalables au débat public (1) a examiné un éventail de onze scénarios, élaborés par RFF, et resserré le choix autour de cinq d’entre eux, représentant trois grandes orientations :

– une ligne à grande vitesse dédiée aux voyageurs (320 km/h) ;

– une LGV mixte (300 km/h) ;

– une ligne mixte (220 km/h).

La prise en compte de ces trois orientations (auxquelles s’ajoutera la solution de base d’une modernisation de la ligne existante) vise à soumettre au débat public des scénarios contrastés. Mais la tonalité des commentaires émis lors de la présentation publique de ces différents scénarios, le 21 décembre, montre que l’orientation qualifiée de « priorité au report modal » (ligne mixte, trains à 220 km/h) a aujourd’hui le vent en poupe. Cette solution, présentée par un élu gardois comme « la plus Grenelle de l’environnement », mettrait Montpellier à 65 min de Perpignan (contre 45 à 55 min pour la solution LGV) mais présenterait l’avantage d’améliorer l’offre globale de transport.

« Veut-on s’organiser pour regarder passer des trains qui rouleront vite ou pour essayer de greffer l’économie régionale sur ce grand projet ? », résume Gérard Valère, directeur régional de l’équipement. Pour Gérard Maurice, président du Conseil économique et social, la réponse est claire : « Gagner dix minutes entre Montpellier et Perpignan n’est pas déterminant. Il faut donner la priorité au transfert vers le fer pour désengorger l’autoroute A9. »

Dans cette hypothèse (ligne mixte, 220 km/h), deux options sont encore envisagées : l’une privilégie la desserte des gares centres, l’autre permettrait la création de gares nouvelles à proximité de Béziers, Narbonne et Perpignan.

Selon les scénarios, le coût de l’investissement oscillerait entre 3,5 et 4 milliards d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) Etat, région, départements et agglomérations concernés, RFF, SNCF.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X