Enjeux Environnement

La Ville de Saint-Maur et Eiffage trouvent un accord

Mots clés : Entreprise du BTP

La Ville de Saint-Maur (Val-de-Marne) et Eiffage sont parvenus à un accord sur les conditions de réalisation du chantier de la gare Saint-Maur/Créteil sur la ligne 15 sud du Grand Paris Express (GPE). Les deux parties ont aussi réglé leur différend à propos de l’usine d’enrobage du port fluvial de Bonneuil-sur-Marne (aux portes de la ville), qui suscite de fortes oppositions locales. La charte signée entre les deux parties précise les obligations de l’entreprise et lève les contestations. La commune avait, en avril, mis la pression sur Eiffage Génie civil en contestant l’attribution du marché de la ligne du GPE à l’entreprise (pour 795 millions d’euros) « tant que les garanties sur la santé et l’environnement ne seront pas apportées ».

Des milliers de tonnes de gravats. Pour le chantier de la gare du GPE, qui doit être livrée en 2022, le maire (LR) Sylvain Berrios a obtenu la modification des itinéraires des camions qui transporteront les matériaux excavés, afin de limiter les nuisances. Les chargements représenteront plusieurs milliers de tonnes, la gare étant la plus profonde du réseau (52 m).

Eiffage s’engage à arrêter d’utiliser du lignite dans son usine d’enrobage.

L’édile a aussi obtenu un recours à la sous-traitance locale (entreprises de Saint-Maur, et étude de candidatures de jeunes et de publics défavorisés en recherche de formations qualifiantes) ainsi que la mise en place d’un site Internet informatif dédié au chantier.

Pour l’activité de l’usine d’enrobage, Eiffage s’engage à arrêter l’utilisation du lignite pour le remplacer par des combustibles moins polluants, comme le gaz. La production de l’usine sera plafonnée à 250 000 tonnes par an (pour une capacité de production d’un million de tonnes). Eiffage s’engage, par ailleurs, à masquer la vue du site industriel pour réduire de façon significative l’effet de pollution visuelle ressenti par les habitants. Enfin, une étude conjointe Saint-Maur/Eiffage, publiée en 2018, sera consacrée à d’éventuelles pollutions affectant le site du port de Bonneuil. « Dans une zone résidentielle dense, toute activité industrielle doit tenir compte du cadre et de la qualité de vie des habitants, fait valoir Sylvain Berrios. C’est la condition sine qua non de sa réussite et de son acceptation. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X