Régions Dijon

La Ville accélère la réhabilitation thermique

Mots clés : Etat et collectivités locales - Rénovation d'ouvrage

431 M€ Montant des investissements dans le budget primitif 2017 de la région Bourgogne-Franche-Comté.

890 € La dette par habitant de la Ville de Strasbourg en 2016 (10e meilleur résultat sur 24 grandes villes).

95 472 Nombre d’habitants de la nouvelle communauté d’agglomération de Haguenau (Bas-Rhin).

La rénovation thermique du patrimoine immobilier de la Ville est désormais une priorité de la municipalité dijonnaise afin de respecter son plan climat-énergie territorial d’ici à 2020. « Nous avons cinq ans d’avance sur deux objectifs, la réduction de 20 % des émissions de gaz à effet de serre et l’augmentation de 20 % du recours aux énergies renouvelables ; mais le troisième, qui concerne la baisse de consommation énergétique, n’est pas encore atteint », explique Jean-Patrick Masson, adjoint au maire délégué à l’énergie et au patrimoine municipal. Ces dernières années, les bâtiments communaux ont été soit raccordés au réseau de chaleur qui a été étendu, soit dotés de chaudières plus performantes avec une gestion technique des consommations. « La solution réside donc maintenant dans le traitement de l’enveloppe », explique l’élu.

Pour atteindre son but, la Ville change de braquet. D’une suite d’interventions ponctuelles à l’occasion de travaux d’entretien, elle passe à un programme spécifique de réhabilitation thermique de son patrimoine. L’ampleur du bâti concerné, soit 450 000 m2 (services administratifs, écoles, équipements culturels et sportifs, locaux associatifs), l’a conduite à définir une réalisation pluriannuelle avec des moyens budgétaires qui seront fixés année par année.

De l’efficacité avant tout. Un inventaire en 2015 a recensé les bâtiments les plus consommateurs d’énergie et les gains maximums à obtenir. Représentant 10 % du patrimoine communal, ils seront traités en priorité. Selon les cas, les réseaux humides seront dans le même temps rénovés afin de réduire la consommation d’eau et les établissements recevant du public seront mis aux normes d’accès pour les personnes handicapées.

Aux côtés de plus petites opérations comme la rénovation de la toiture du Palais des sports prévue cette année, le groupe scolaire Beaumarchais fait partie des premiers gros projets. Les 1 278 m2 de façades de ses quatre bâtiments bénéficieront d’une isolation extérieure. La toiture sera également isolée et recevra des panneaux photovoltaïques. La maîtrise d’œuvre réalisée en interne attend des entreprises, consultées jusqu’à la fin janvier, « des solutions techniques pas nécessairement innovantes, mais efficaces avant tout », précise Jean-Patrick Masson. Les travaux, chiffrés à 1,4 million d’euros, sont prévus pendant les prochaines vacances d’été. La piscine des Grésilles sera probablement la suivante sur la liste : le conseil municipal va se prononcer dans le courant de l’année sur une importante réhabilitation, d’un montant en cours d’évaluation.

Les prochaines opérations pourront prendre exemple sur une première référence : la transformation des anciens logements de la caserne des pompiers de la rue du Transvaal en une Maison des syndicats, qui sera inaugurée en février. Elle a mobilisé 4 millions d’euros pour son isolation par l’extérieur et sa mise aux normes d’accessibilité.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X