Enjeux

La tuile en terre cuite veut couvrir de nouveaux besoins

Mots clés : Produits et matériaux

Face à l’engouement pour les toits plats, la filière se diversifie et met au point des produits originaux.

Les architectes peuvent postuler jusqu’au 30 juin. La Fédération française des tuiles et briques (FFTB) organise la quatrième édition biennale de son « Grand prix de la tuile terre cuite Architendance », en partenariat avec le Réseau des maisons de l’architecture. Cette distinction récompensera les projets utilisant la tuile en terre cuite dans des réalisations « innovantes et inattendues ». Une illustration des nouveaux débouchés recherchés par la filière, qui se tourne vers l’architecture contemporaine.

La FFTB lance en parallèle une campagne de communication en ligne plus « grand public », vantant les formes, coloris et tons variés de la tuile à base de roche rousse. Alors que les nouveaux projets font la part belle aux toitures plates, la filière veut en finir avec l’idée selon laquelle la tuile en terre cuite serait cantonnée à l’habitat traditionnel. En France, celle-ci pèse 60 % du marché de la couverture dans la construction résidentielle neuve, loin devant l’ardoise (11 %), le béton, le bois ou encore le chaume. Et les nouvelles solutions de bardage en terre cuite, à des fins d’isolation, fleurissent.

Sauvé par l’export. Le secteur a bien besoin de ce nouveau souffle car le marché de la couverture souffre de l’atonie des travaux de rénovation, qui représentent 70 % du chiffre d’affaires des industriels de la tuile. Logiquement, le manque de chantiers de rénovation a lourdement frappé la terre cuite. En 2017, les premiers résultats publiés par la FFTB ont montré un...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5964 du 23/02/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X