Enjeux

La Société du Grand Paris change de tête

Spécialiste des infrastructures, Thierry Dallard, 52 ans, devrait être nommé président du directoire.

Après la tempête, l’horizon se dégage enfin pour la Société du Grand Paris (SGP). Le maître d’ouvrage du Grand Paris Express (GPE), pointé du doigt par la Cour des comptes mi- janvier

pour les dépassements budgétaires du « supermétro », entre autres, et un calendrier de réalisation intenable, est en voie de reconfiguration pour tenir la feuille de route assignée par le gouvernement courant février : boucler le « chantier du siècle » à l’horizon 2030, pour les dernières lignes (lire « Le Moniteur » du 30 mars) . Mais pas à n’importe quel prix : l’exécutif a réclamé 10 % d’économies sur le projet, soit 3,5 Mds € à trouver sur les 35 Mds € chiffrés aujourd’hui. Une mission que ne mènera pas l’actuel président du directoire, Philippe Yvin, dont le départ a été acté courant janvier par le gouvernement.

C’est dans ce contexte qu’il faut examiner le CV de celui qui a toutes les chances de devenir le prochain président du directoire de la SGP. Après avoir auditionné pas moins de 60 candidats depuis janvier, le gouvernement a arrêté son choix, le 23 mars, sur Thierry Dallard, 52 ans. Son profil ? Celui d’un « technicien » de haute volée, d’abord. Cet ingénieur, normalien et « Ponts et chaussées », est nanti d’une solide expérience dans le...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5970 du 06/04/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X