Régions Lyon

La SACVL conforte sa position d’aménageur

Propriétaire d’un parc de 7 732 logements à Lyon, dont 3 333 conventionnés, la Société anonyme de construction de la Ville de Lyon (SACVL) a clôturé l’année 2017 sur un bilan positif avec plus de 300 logements neufs livrés. « Notre plan de développement, engagé en 2016, prévoit de produire 1 000 logements avant 2025, avec un rythme de croisière d’une centaine par an réalisés en maîtrise d’ouvrage directe, achetés en Vefa ou via des opérations d’acquisition-amélioration », souligne Eric Lamoulen, directeur général de la société.

Côté réhabilitation thermique, l’opérateur investira près de 45 millions d’euros sur la période 2017-2020, de façon à amener son parc à un niveau moyen de 165 kWh/m2 .an en 2020, puis à 150 kWh/m2. an quatre ans plus tard. Elle a, entre autres, équipé l’ensemble des 4 695 logements chauffés collectivement de sondes de température, afin d’optimiser le niveau de chauffage.

Diversification. Fort de son statut de SEM, la SACVL diversifie ses activités en conduisant des programmes d’aménagement de taille moyenne. « Nous visons des opérations qui totalisent entre 15 000 et 17 000 m2 et qui combinent quelques complexités, comme la réutilisation de bâtis existants », précise son directeur général. Dans le 5e arrondissement de Lyon, la SACVL termine l’aménagement du quartier de l’Antiquaille, qui compte des bureaux, des logements, une résidence étudiante, un hôtel 5 étoiles… Il s’achèvera avec la construction de neuf maisons à énergie positive (Atelier Thierry Roche), dont les travaux doivent démarrer au premier trimestre 2018.

D’autres projets sont prévus, comme sur le site de la Dargoire (Lyon 9e ) où la SACVL dispose d’un foncier qui lui permettra de construire 15 000 m2. « Nous allons céder 8 000 m2 aux Compagnons du Devoir, qui regrouperont leurs activités en réalisant un centre de formation, un atelier et de l’hébergement. Le reste sera dédié à des surfaces tertiaires qui seront vendues », indique Eric Lamoulen. Dans le 8e arrondissement, la SEM restructurera également le site de l’Itep. L’école sera réimplantée sur le vaste foncier appartenant à la Ville mais dans des

locaux plus adaptés, et, sur le reste du tènement, seront produits 130 logements sociaux et en accession libre.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X