Enjeux Travaux publics

La route confrontée à un double défi

Mots clés : Réseau routier - Travaux publics

En parallèle de la remise à niveau du réseau, les entreprises du secteur doivent accompagner l’émergence de nouveaux usages.

Comment faire face au défi de l’entretien et de la modernisation des routes pour assurer la mobilité de demain ? La question posée par les organisateurs du Pavement Preservation and Recycling Summit (PPRS) – le congrès international qui s’installe à Nice du 26 au 28 mars (lire encadré ci-contre) – est double. Et les deux problématiques sont indissolublement liées : pour préparer les infrastructures aux nouvelles mobilités, la gestion de l’entretien courant ne peut être négligée.

Sur le principe, l’une des préoccupations ne devrait pas prendre le pas sur l’autre. Pourtant, dans la communication des entreprises et celle du gouvernement à l’occasion des Assises de la mobilité, le second aspect semble avoir pris l’avantage. Plus flatteur sans doute pour revaloriser un objet statique longtemps délaissé et associé à de multiples nuisances. Un nouveau concept devient ainsi à la mode : celui de « road as a service ». Fini la vision d’une simple structure circulée, bonjour la diversification et la route intelligente.

Priorité aux mobilités du futur. « Il y a dix ans, c’était une utopie. Désormais, cette nouvelle génération de routes intelligentes est une préoccupation du quotidien », observe Alain Beghin, directeur technique de Malet (groupe Spie Batignolles). Les innovations se multiplient, explorant des champs annexes comme celui de la production d’énergie. Mais les priorités portent principalement sur les mobilités du futur. Et cela commence avec l’ambition de mieux partager la voirie. Les projets foisonnent : inauguration d’une voie dédiée aux bus sur l’A10 à proximité de Massy (Essonne), conception par Colas du marquage au sol lumineux et dynamique Flowell, qui adapte les sens de circulation en fonction des besoins et des moments de la journée, pour ne citer que des exemples lancés ces derniers mois. Chaque fois, l’objectif est le même : fluidifier le trafic, favoriser de nouveaux modes de déplacement, et assurer dans le même temps confort et sécurité.

Les innovations auront un impact sur le modèle économique du secteur.

L’infrastructure se mue par ailleurs en objet communicant. D’une part,...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5968 du 23/03/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X