Régions Alsace

La rénovation des maisons, une question d’enveloppe

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Maison individuelle - Politique du logement - Rénovation d'ouvrage

82 M€ investis par la France et la Suisse pour l’extension du tram de Bâle à Saint-Louis, inaugurée le 9 décembre.

2 903 € Prix moyen du m2 d’un appartement neuf en Bourgogne-Franche-Comté, au troisième trimestre 2017.Source : CGDD.

11 % Hausse du nombre de mises en chantier de maisons individuelles dans le Bas-Rhin sur un an, à fin août 2017.

Objectifs atteints. Le programme pionnier de 500 rénovations thermiques de maisons en Alsace a démontré la capacité des entreprises à amener des constructions « anciennes » à un niveau de basse consommation plus que conforme à la réglementation, qu’il s’agisse de la maison à colombages ou du pavillon des années 1970. Les détails sont consignés depuis cet automne dans l’étude de restitution pilotée par EDF et le Cerema. Le document a passé au crible un échantillon représentatif des 489 chantiers réalisés entre 2010 et la mi-2017 au titre du programme « Je rénove BBC » d’EDF et de la région. Verdict : 86 % des chantiers ont réduit de plus de moitié la consommation de la maison concernée. En moyenne, celle-ci a été ramenée à 98 KWh/m2 .an.

L’analyse détaillée confirme l’hypothèse que si le système de chauffage est important, le traitement de l’enveloppe, en amont, l’est encore davantage. Les matériaux choisis et la mise en œuvre ont presque divisé par quatre le coefficient de déperdition thermique (Ubat), abaissé à 0,46 W/m2.K en moyenne. Quant à la résistance thermique, elle dépasse pour chaque lot de quelques dixièmes la valeur d’éligibilité au crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE). Les matériaux biosourcés font une percée, favorisée par les aides financières. Pour l’isolation des murs par l’extérieur, la fibre de bois ou la ouate de cellulose sont utilisées dans 25 % des cas, venant ainsi contester l’hégémonie du polystyrène. Pour l’isolation intérieure, elles devancent à elles deux la laine de verre.

Le point noir de la ventilation. Le tableau n’est pas parfait. Huit chantiers sur dix ont atteint l’objectif d’étanchéité à l’air – moins de 0,8 m3 /(m2 .h) – mais le taux de réussite est moindre pour les maisons à colombages et à ossature bois, car leurs nombreux éléments traversants démultiplient les risques de fuites. C’est dans le domaine de la ventilation que les prestations des entreprises laissent le plus à désirer : après travaux, une installation sur deux n’est pas conforme à la réglementation. « Tout est perfectible : la conception, la réalisation, la pose, la maintenance », reconnaît Julien Burgholzer, responsable construction au Cerema Est.

En identifiant 12 interactions clés entre les éléments lors du changement d’isolation, de menuiseries ou de chauffage, l’étude entend aussi souligner l’enjeu de la bonne coordination entre les corps d’état. Celle-ci requiert, selon elle, le pilotage par une maîtrise d’œuvre et/ou une entreprise « experte » au sein du groupement d’artisans et PME. « Le programme “ Je rénove BBC ” a permis à toute une filière régionale de se structurer, estime Sabine Mirtain-Roth, sa responsable chez EDF. La centaine de maîtres d’œuvre formés et participants constitue un support précieux pour les nombreuses rénovations à venir. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X