Actualité

La renaissance des tombereaux articulés norvégiens

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Doosan intègre pleinement les tombereaux Moxy et garde les spécificités techniques de ces matériels norvégiens.

Une marque vient de disparaître. Moxy, racheté par Doosan, perd définitivement son nom au profit de celui de son nouveau propriétaire à l’occasion du lancement d’une nouvelle série baptisée « DA » (Doosan Articulated). Cela faisait quarante ans que Moxy fabriquait des tombereaux articulés à Molde, petite ville de Norvège d’où sortiront encore les tombereaux marqués Doosan. Car, derrière le changement d’étiquette, la mécanique demeure. Moxy s’est toujours distingué par trois originalités techniques, toutes trois maintenues et dorénavant revendiquées par Doosan. D’abord il n’y a pas deux ponts à l’arrière mais un essieu tandem : de part et d’autre d’un pont unique, les deux roues sont solidaires, montées sur un boggie articulé. Il en résulte un meilleur appui des roues, donc une meilleure traction. Le fait de ne s’appuyer que sur un seul pont permet d’incliner le châssis de la benne. Celle-ci plonge de 7° vers l’avant, décalant la charge bien au centre de la machine. Dernière particularité : la couronne de l’articulation n’est pas placée derrière la rotule, comme chez tous les autres constructeurs, mais devant, ce qui ouvre davantage l’angle de braquage. Tout ceci a donné aux tombereaux articulés Moxy d’excellentes capacités tout-terrain et la réputation d’une mécanique bien née… mais mal vendue ! Ingénieurs de talent, les Norvégiens manquaient peut-être de sens commercial. Un temps vendus par Komatsu, ces tombereaux se sont retrouvés sans réseau de vente ni d’après-vente quand le japonais a lancé ses propres engins. Le constructeur fut nationalisé, puis propriété de fonds d’investissement avant d’être racheté par Doosan. Or le coréen affiche de grandes ambitions. Il a confié la direction de la branche engins de construction à Tony Helsham, l’homme qui, en dix ans, a fait bondir Volvo à la cinquième place mondiale. Lors de la présentation de ces nouveaux tombereaux, Tony Helsham a précisé sa stratégie. « Quand Doosan a racheté Bobcat, l’industriel coréen a découvert le talent des Américains pour le marketing et la relation client. C’est ce que nous allons apporter à l’équipe de Moxy, plus qu’un appui technique dont ils n’ont pas besoin. » En matière de tombereaux articulés, l’ex-patron de Volvo, numéro un de la spécialité, sait de quoi il parle…

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X