Régions

« La question du logement est prioritaire, y compris pour ma délégation »

Mots clés : Architecture - Collectivités locales - Droit de l'urbanisme - Politique de la ville - Politique du logement - Rénovation d'ouvrage - Rénovation urbaine

Anne Hildago Première adjointe au maire de Paris, Chargée de l’urbanisme et de l’architecture

Le débat sur les plafonds de hauteur s’annonce comme le dossier phare de ce début de mandat. Comment la concertation avec les Parisiens va-t-elle se dérouler ?

A partir de cet automne, nous allons organiser des réunions publiques dans différents lieux parisiens, sur le thème de la hauteur et des formes urbaines et, début 2009, nous installerons une conférence citoyenne qui pourrait réunir une centaine de Franciliens.

Parallèlement, des concertations locales se dérouleront au fur à mesure de l’avancement des projets dans les six sites retenus (1) pour pouvoir accueillir l’implantation d’immeubles de grande hauteur (IGH) dédiés à l’activité économique ou à un grand équipement public. Le projet de tour « Triangle » à la porte de Versailles a fait l’objet d’une première réunion publique, le 21 octobre.

Quel est l’état d’avancement des autres projets d’aménagement susceptibles d’accueillir des IGH ?

Les études urbaines que nous menons avec Yves Lion sur Masséna-Bruneseau, secteur inscrit dans la ZAC Paris-Gauche (XIIIe), ont déjà bien avancé. Les premiers concours d’architecture pourraient être lancés en 2009. Clichy-Batignolles (XVIIe) est aussi dans une dynamique de projets pouvant être engagés rapidement.

Quels sont vos autres chantiers prioritaires ?

La question du logement, y compris pour ma délégation, est prioritaire. Les 27 000 logements neufs à produire sur la mandature, dont au moins la moitié sociaux, seront en partie réalisés dans les zones d’aménagement.

Par ailleurs, nous menons un travail d’identification des parcelles, situées dans les arrondissements périphériques, qui pourraient accueillir des immeubles de logements jusqu’à 50 m de haut, en complément des sites de projets retenus pour la grande hauteur. Nous allons également modifier le plan local d’urbanisme pour enrichir la liste des 107 emplacements réservés à la construction de logements.

Les autres dossiers phares concernent l’aménagement des Halles, la ZAC Clichy-Batignolles – une opération clé en termes de délai, de parti pris urbain et d’architecture –, Paris Nord-Est avec, en particulier, le projet très fort de reconversion de l’entrepôt Macdonald, signé Rem Koolhaas, sans oublier le grand projet de renouvellement urbain (GPRU) sur différents sites de la couronne.

Où en est le projet des Halles ?

Le projet entre dans sa phase de réalisation. Pour piloter ce dossier emblématique et très technique du fait de l’imbrication de différents sujets – les déplacements, les accès au forum, les commerces, les espaces publics, le lien entre la canopée et le jardin… –, nous avons mis en place une mission « Halles », dirigée par Bernard Franjou. La canopée, dont le permis de construire sera déposé en novembre, devrait être livrée en 2013, de même que le jardin. Nous ne voulons aucun retard sur cette opération et nous ferons preuve d’une vigilance absolue pour faire respecter les délais.

L’opposition de certaines associations sur le devenir du jardin Lalanne ne risque-t-elle pas de retarder ce calendrier ?

La concertation continue. Il n’est pas question de supprimer le jardin Lalanne mais de le déplacer pour ne pas entraver la réalisation du projet dans sa globalité. A son emplacement actuel, il remet en cause l’articulation entre la canopée et le jardin. Nous avons essayé de tirer profit de toutes les remarques et tenté de répondre à beaucoup d’entre elles. Aujourd’hui, notre objectif est d’avancer.

Vous avez également évoqué le grand projet de renouvellement urbain…

Avec Gisèle Stievenard, adjointe en charge de la politique de la ville, nous devons vraiment faire porter notre effort sur ces questions de rénovation urbaine. Concernant le quartier Saint-Blaise (XXe), par exemple, les propositions présentées par Antoine Grumbach méritent de passer à un stade opérationnel. Il faut achever le travail engagé sur le quartier Michelet et poursuivre les réflexions sur la porte de Montreuil. Dans le nord et l’est de la capitale, on ne peut pas apporter un souffle nouveau avec le tramway et les aménagements qui l’accompagnent et, en même temps, considérer que les quartiers inscrits en politique de la ville devraient rester en l’état. Je souhaite vraiment faire avancer ces deux dossiers ensemble.

Quelle est votre ambition en matière d’architecture ?

Notre idée est d’avoir dans Paris, y compris dans le cœur historique, des gestes architecturaux qui relèvent d’une approche véritablement contemporaine. Je voudrais que les promeneurs dans les rues de la capitale soient surpris. Nous ne voulons pas remettre en cause le style haussmannien mais là où nous pourrons avoir des projets innovants, qui répondent à un programme intéressant pour la municipalité, nous devrons prendre le risque de l’audace.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Parcours

1959 : naissance à San Fernando (Espagne).

1982 : DEA de droit social et syndical.

1984-1993 : inspectrice du travail.

1997-2002 : conseillère dans différents cabinets ministériels (Martine Aubry, Nicole Péry, Marylise Lebranchu).

2001 : première adjointe au maire de Paris, chargée de l’égalité hommes-femmes et du bureau des temps.

2004 : conseillère régionale d’Ile-de-France.

2008 : réélue conseillère de Paris.

(1) Porte de la Chapelle, Bercy-Charenton, Masséna-Bruneseau, Clichy-Batignolles, porte de Montreuil, porte de Versailles.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X