Aménagement du territoire La Plaine Saint-Denis

La Petite Espagne change sans se renier

Mots clés : Logement social - Matériel - Equipement de chantier

Pour préserver l’identité du quartier Cristino-Garcia/ Landy, la vaste opération de rénovation menée depuis 2002 a maintenu la trame viaire et l’échelle du bâti.

A cheval sur Saint-Denis et Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le quartier Cristino-Garcia/Landy vit depuis près de vingt ans au rythme d’une opération de rénovation urbaine qui s’attache à préserver son identité et son histoire. Seule zone d’habitat au cœur du territoire industriel de la Plaine Saint-Denis, il a accueilli au début du XXe siècle deux vagues d’immigration espagnole. Les migrants ont bâti eux-mêmes leurs logements – habitations précaires consolidées par la suite ou petits pavillons en dur – en utilisant des matériaux de récupération. Les maisons, imbriquées les unes dans les autres, ouvrant sur des coursives, des cours partagées… ont marqué de leur empreinte le quartier.

Lorsque les collectivités locales décident de requalifier la Petite Espagne au début des années 2000, peu de temps après la construction du Stade de France situé à quelques centaines de mètres, le quartier se compose essentiellement de logements individuels privés dégradés, bien souvent insalubres. La SEM Plaine Commune Développement hérite alors d’une triple mission : résorber l’habitat indigne, reconstituer une offre de logements diversifiée (45 % d’accession libre, 41 % de social, 10,5 % de locatif libre Foncière Logement et 3,5 % d’accession sociale) et reconfigurer les espaces publics. L’opération prend la forme d’une concession d’aménagement signée en 2002.

Nombreuses démolitions. « Les élus auraient pu profiter de cette rénovation urbaine pour densifier le quartier, situé au pied de la gare du RER B La Plaine-Stade de France. Ils choisissent au contraire de conforter le quartier existant en maintenant la trame viaire, composée de venelles, de passages… et en limitant la hauteur des nouvelles constructions. C’est un choix politique extrêmement audacieux et assumé comme tel », souligne Catherine...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5976 du 18/05/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X