Concevoir & installer

La paille comme combustible pour chauffer des serres

Mots clés : Coûts et prix - Energie renouvelable - Equipements techniques et finitions - Maîtrise d'ouvrage - Produits et matériaux

Descriptif : chaudière à ballots de paille • Durée : 3 mois • Coût : 420 000 € • Main d’œuvre : 5 personnes • Spécificité : chauffe 30 000 m2 de serres.

C’est en rase campagne, entouré de champs de céréales, à une demi-heure de la ville de Reims, que s’étirent les serres de la société Légumenfrais à Val-de-Vesle (Marne) sur 30 000 m2. Ce sont 1 800 tonnes de concombres qui sont produits chaque année et sortent de l’entreprise calibrés et emballés. Sous les serres le taux d’humidité est de 85 %. La température varie la journée entre 20 et 22 °C et peut monter jusqu’à 27 °C en été, la nuit elle évolue entre 17 et 19 °C. Avec la flambée des prix, la question était de savoir comment chauffer ces serres avec un système de combustion qui n’utilise pas les énergies fossiles et qui ait un réel intérêt, tant environnemental qu’agricole ? Le gérant et maître d’ouvrage Patrick Marchal a mis 4 ans à monter son projet.

De la paille après le charbon

Depuis février une chaudière entièrement automatique de 2 800 kW à ballots de paille, équipée d’un filtre à manches filtrantes pour traiter les fumées, fonctionne et produit suffisamment d’eau chaude pour apporter l’énergie nécessaire au chauffage de la serre. Un système de télégestion détermine les besoins de chaleur et pilote le fonctionnement de la chaudière qui est entièrement automatique. Durant l’hiver elle fonctionne entre 18 et 22 heures par jour, l’été, entre 5 et 6 heures.

De nombreux professionnels de la culture légumière se sont rendu compte que pour s’en sortir financièrement, ils devaient investir dans des équipements utilisant de nouvelles sources d’énergies. Jusqu’au début de cette année, Patrick Marchal, utilisait une chaudière à charbon qu’il avait installé en 2001. Comme il fallait s’y attendre, il a subi la hausse du prix des matières fossiles. « En 2001 le prix du charbon s’élevait à 80 euros la tonne contre 120 euros depuis 2004. J’ai compris qu’il fallait utiliser un autre combustible permettant de pérenniser l’entreprise. J’ai pensé à la biomasse, et notamment à la paille, car nous sommes dans une région céréalière et qu’une bonne partie de celle-ci...

Vous lisez un article de la revue Journal du chauffage n° 156 du 01/11/2008
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X