Annuel aménagement TOULOUSE

La nouvelle urbanité du sud-est toulousain

Mots clés : Etat et collectivités locales - Transport collectif urbain

En 2019, la ligne B du métro reliera directement la zone d’activités Labège-Innopole du Sicoval à l’agglomération toulousaine. Son arrivée est le fait générateur de la transformation du parc tertiaire Innopole en un quartier de vie mixte et plus dense.

Né dans les années 1980 sur un modèle urbain de faible densité et autour de la voiture, le parc d’activités tertiaires Labège-Innopole, au sud-est de Toulouse (Haute-Garonne), n’existera bientôt plus. Il sera remplacé par un quartier, plus dense, plus haut, mais aussi mixte et mieux desservi. Le prolongement aérien de la ligne B du métro toulousain jusqu’à Labège sur plus de 5 km est le fait générateur du projet urbain Innométro que la communauté d’agglomération du sud-est toulousain (Sicoval) va conduire sur au moins vingt ans. L’arrivée, en 2019, du métro et la stratégie de reconquête urbaine sont étroitement liées. Les vingt millions d’euros de droits à construire que la collectivité compte obtenir grâce à la vente de près de 40 ha de foncier vont participer au financement du prolongement, au même titre que les aides publiques et les dix millions d’euros de versement transport des entreprises. « Pour continuer à séduire les investisseurs et développer l’emploi, il fallait rebooster l’offre en densifiant, mais aussi en agissant sur les paramètres de l’attractivité économique du site : offre hôtelière, de loisirs, de sports et détente, cadre de vie… », explique Alain Sérieys, vice-président chargé de l’aménagement, urbanisme, habitat, urbanisme commercial au Sicoval. Pour opérer la transformation de l’Innopole en quartier de vie, la collectivité a eu recours à une procédure de déclaration de projet d’intérêt général permettant une mise en compatibilité du Scot de la Grande Agglomération toulousaine avec Innométro. Cela a permis de relever le seuil des droits à construire pour créer de nouvelles surfaces commerciales, et aussi réaliser des logements autour de la future gare multimodale au terminus du métro. Ensuite, l’agence HDZ Urbanistes Architectes a conçu le plan-guide. Adopté en mars 2014, il organise le nouveau quartier autour de la « Diagonale ». Axe structurant, réservé aux modes de déplacement doux, elle traverse plusieurs pôles spécialisés, dont un « campus culture » accueillant espaces de recherche et d’enseignement, jardins partagés, ou encore, un « forum loisirs ». Cette séquence vise à redynamiser les commerces et restaurants existants, entre le lac et le centre de congrès Diagora. Chacune des stations de métro prévues sur Labège sera équipée de parkings silos pour regagner du terrain sur les 48 hectares de parkings existants. Une quarantaine de macro-lots, avec des tailles et programmations variées, a été définie avec le principe d’une densité et d’une mixité augmentant à l’approche d’une station de métro : 2,25 sur des programmes mixtes et denses à moins de 100 m du métro ; 0,6-1 sur des macro-lots monofonctionnels situés entre 100 et 250 m des stations. « Ce territoire de frange urbaine doit dorénavant fonctionner à toute heure de la semaine. L’autre enjeu sera de se raccorder à l’ancien et de faire muter les parties obsolètes », estime Baptiste Hernandez, directeur d’HDZ. « Sur les bâtiments tertiaires existants, où nous introduirons des commerces, nous allons agir à la carte en fonction de l’importance de la requalification : démolition, extension, etc. Sachant que la charge foncière pour des bureaux se situe autour de 200 euros/m2 de surface de plancher », poursuit Sandrine Decoux, directrice adjointe aménagement, urbanisme et habitat au Sicoval. Le plan-guide doit encore être fiabilisé avant l’arrêté de déclaration d’utilité publique attendue en janvier 2015. La commercialisation d’Innométro débutera en septembre 2015 pour les premiers macro-lots mixtes, entre le lac et la gare multimodale.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Chiffres clés

45 ha d’espaces bâtis à réinventer.

104 ha d’espaces non bâtis à valoriser pour créer l’Innopole : 46 ha de parking de surface + 30 ha d’espaces intermédiaires + 28 ha d’espaces disponibles urbanisables.

ENCADRE

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Sicoval.

AMO : Cabinet Michel Klopfer (AMO financier), Louis Berger France (AMO général), Scet Toulouse (AMO urbanisme juridique).

Maîtrise d’œuvre : HDZ Urbanistes Architectes (plan-guide, diagnostic).

Calendrier : consultation programmée d’ici à la fin 2014 pour un architecte-urbaniste coordonnateur.

Commercialisation : septembre 2015.

Lancement du premier chantier : 2016-2017.

Coût prévisionnel des équipements publics (hors métro) : 35 à 40 millions d’euros.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X