Tribune libre Gestion et professions

La lutte contre la précarité énergétique doit se poursuivre

Mots clés : Gestion et professions - Métier de l'immobilier

Chacun se sent aujourd’hui concerné par le coût de l’énergie dans son logement. En 2006, la part des ressources consacrées par un ménage à ses dépenses d’énergie dans le logement était en moyenne de 5,5 %, mais elle est passée de 10 à 15 % pour les ménages modestes entre 2001 et 2006 (rapport 2009 du plan bâtiment Grenelle). Plus globalement, le poids des dépenses contraintes « logement » (eau, gaz, électricité…) est devenu insupportable, et pas seulement pour les ménages pauvres.

Près d’un ménage sur six est en précarité énergétique. Ce mal touchait déjà en 2006 plus de trois millions de foyers en France, et c’était bien avant la crise et plusieurs augmentations des tarifs de l’énergie. Dans un contexte de tension sur la demande des matières premières, la hausse des prix du gaz et de l’électricité semble durablement inévitable. Or, la spirale de la précarité énergétique a un prix humain, social et économique. Les ménages modestes n’ayant parfois pas d’autre moyen que de se chauffer insuffisamment ou plus du tout, avec à la clé un risque de rupture sociale, mais aussi de dégradation de l’état de santé des plus fragiles.

Une politique...

Vous lisez un article de la revue Operations Immobilieres n° 36 du 30/06/2011
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X