Régions Lens

La façade du cinéma Apollo, sujet enfin classé ?

Mots clés : Manifestations culturelles

A l’entendre, on pourrait penser que le promoteur Michel Lewandowski s’est dévoué pour résoudre le problème de la friche Apollo, du nom de l’ancien cinéma situé face à la gare de Lens. Pour mémoire, la fameuse façade Art déco du cinéma fermé en 2000 compliquait toute tentative de transformation du site, pourtant prioritaire pour la Ville, car l’architecte des bâtiments de France exigeait sa préservation.

Une entreprise d’envergure comme Nacarat, chargée du dossier en 2010, a même été contrainte de jeter l’éponge six ans plus tard… Le nouvel investisseur, président de la société locale ML Consulting, a réussi, lui, à mobiliser le groupe Accor et à engager des négociations avec plusieurs bailleurs sociaux (SIA Habitat et Cottage des Flandres notamment). Dans un délai de trois à quatre ans, assure Michel Lewandowski, la façade du vieux cinéma et sa parcelle en friche auront laissé la place à un hôtel Ibis Styles trois étoiles de quelque 70 chambres et à un ensemble R + 9 de 129 logements, dont 100 logements sociaux, avec des restaurants au rez-de-chaussée.

Volonté du promoteur. Les bâtiments ont été dessinés par l’agence d’architecture lilloise Saison-Menu, déjà conceptrice d’immeubles de bureaux et de logements proches de la gare. Le montant de l’opération est de l’ordre de 19 M€. La volonté du promoteur a convaincu la mairie de lui céder aussi les terrains nécessaires à l’angle de la place et d’une rue adjacente, soit au total 3 200 m2 pour 700 000 euros HT. En sus, ML Consulting achètera les locaux d’un café situé juste à l’angle. « Les grosses sociétés de promotion ont des charges que je n’ai pas, illustre Michel Lewandowski. Et puis je suis Lensois. » Toutes les constructions figurant sur le site seront démolies, y compris la devanture historique ; elle sera reconstruite à l’identique et servira de façade à l’hôtel. Ce projet, s’il va à son terme, répondra à deux enjeux locaux d’importance. Il participera à la requalification du quartier de la gare, inscrite dans une vaste opération d’aménagement et de développement, la ZAC Centralité. D’autre part, l’ouverture d’un hôtel atténuera le sous-équipement d’une ville qui se veut touristique depuis l’ouverture du Louvre-Lens.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X