Régions Dunkerque

La digue de mer commence sa mue

Mots clés : Ouvrage d'art

Anticiper les risques de submersion marine. Telle est la raison première de la vaste campagne de travaux qui vient de débuter sur la digue de mer de Dunkerque (Nord), longue de 4,5 km. Mais ces travaux seront aussi l’occasion pour la communauté urbaine de moderniser et d’embellir cette digue, l’un des principaux atouts touristiques de Dunkerque, qui concentre de très nombreux cafés et restaurants.

Une première phase de travaux, prévue pour durer jusqu’en avril 2018 concerne 450 mètres de digue. Ils consisteront à protéger le perré par un muret brise-vagues large de 3,5 mètres et haut de 60 centimètres sur lequel des espaces de détente, avec solarium, seront aménagés. De nouvelles dalles seront posées, et l’éclairage public sera renouvelé, de même que le mobilier urbain. Des terrasses sur pilotis devraient aussi donner un nouveau cachet à l’ensemble et répondre à une forte attente des restaurateurs et des cafetiers, consultés en amont de la démarche.

Muret brise-vagues et gradins. Après une pause pendant la saison estivale 2018, la deuxième phase de travaux sur 450 mètres de digue supplémentaire devrait commencer en octobre 2018 pour s’achever en avril 2019. Les mêmes aménagements seront réalisés. Mais le muret brise-vagues servira également de gradins sur la place du Centenaire qui concentre les animations de la digue en saison. A ceux-ci s’ajoutera la construction d’un poste de secours et d’un bloc sanitaire.

Une enveloppe de 9,9 millions d’euros HT est prévue pour la réalisation des deux phases de travaux. La communauté urbaine et la Ville de Dunkerque en financent 34 %, les deux tiers restants par l’Europe, l’Etat et la région Hauts-de-France. Une double maîtrise d’œuvre a été instaurée : le service études et ingénierie de la communauté urbaine associée à l’entreprise Colas (voirie, éclairage public et mobilier urbain) et le bureau d’études ISL Ingénierie (muret, brise-vagues et remise en état du perré). Le marché de travaux pour la deuxième partie est en cours d’attribution. Un concours d’architectes a été également lancé pour la réalisation du nouveau poste de secours et du bloc sanitaire. Une première sélection a été faite. Le choix final doit intervenir fin 2017.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X