Régions Caen

La caserne de Bretteville retourne à la vie civile

Mots clés : Établissement militaire

Sept ans après le départ des militaires de la caserne de Bretteville-sur-Odon près de Caen (Calvados), la première entreprise du nouveau Quartier Koenig s’installe. Enedis, qui emploie 250 salariés, va y occuper 4 000 m2 de bureaux et 3 500 m2 de locaux techniques, sur 2 hectares de foncier. Depuis 2011 et l’acquisition par la communauté urbaine Caen la Mer du site de 52 hectares pour un euro symbolique, plusieurs pistes avaient été envisagées pour sa reconversion (auberge de jeunesse, entrepôt pour œuvres d’art, logements étudiants… ). Toutes ont été écartées au profit de lotissements d’activités industrielles et tertiaires.

Accès direct en 2024. Près de 4 M€, en partie financés par l’Etat au titre du contrat de redynamisation des sites de défense, ont d’abord été investis dans la dépollution. Les travaux de requalification et de viabilisation des terrains seront bientôt achevés : voirie et réseaux (Eurovia pour 2,9 M€ HT), éclairage public (Garczynski Traploir, 745 000 euros HT) et espaces verts (Vallois Normandie, 415 000 euros HT).

Reste un chantier de taille : l’ouverture d’un accès direct depuis le périphérique de l’agglomération via un nouvel échangeur et un boulevard intérieur, prévu en 2024 (consultation des entreprises au second trimestre 2019). Le site sera alors directement connecté aux grands axes routiers, et notamment l’A84 qui rejoint Rennes. Le coût total des travaux s’élève à 18,8 M€ TTC financés par Caen la Mer, le conseil départemental et l’Etat.

Un millier d’emplois espérés. L’espace disponible et la localisation de l’ancienne caserne ont attiré les entrepreneurs. Neuf sociétés et trois villages d’entreprises doivent s’y installer cette année. « Nous attendons des services (restaurant, crèche… ), du tertiaire et de l’industrie lourde, détaille Dominique Goutte, vice-président en charge du développement économique de Caen la Mer. Notre but est d’avoir un quartier dynamique. Nous tablons sur la création de 1 000 emplois. » En 2018, 60 % de cet objectif sont déjà atteints.

Le quartier a encore des réserves : 16 ha de foncier et 24 000 m2 de bâtiments sont immédiatement disponibles. Et le site peut s’agrandir jusqu’à l’aéroport de Caen-Carpiquet (1,9 ha) : un appel à projets auprès des promoteurs portant sur la réalisation de 10 000 m2 de bureaux vient d’ailleurs d’être lancé.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X