Régions Paris

La BPI du Centre Pompidou va retrouver son accès d’origine

Plus question de se contenter de la porte arrière ! Au Centre Pompidou (IVe arrondissement), la Bibliothèque publique d’information (BPI) va retrouver son accès d’origine par l’entrée principale du bâtiment, côté piazza, et par la mythique « chenille », le nom donné aux tubes des escalators suspendus en façade. En effet, depuis la rénovation complète de l’édifice réalisée à l’aube de l’an 2000, l’institution est dotée d’une entrée distincte rue Beaubourg, soit de l’autre côté. Elle est dédiée aux lecteurs de la bibliothèque dont l’accès est gratuit alors que l’usage de la chenille est réservé aux visiteurs munis de billets.

Dégager les perspectives. Ce retournement de situation suppose un réaménagement assez lourd des espaces de la BPI. Désigné pour opérer cette transformation qui sera menée sous la maîtrise d’ouvrage déléguée de l’Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la Culture (Oppic), l’atelier d’architecture Canal a notamment repensé la circulation des lecteurs sur les trois niveaux de l’établissement. Ainsi, la grande trémie, percée lors de la création de l’accès par la rue Beaubourg, devra être rebouchée. Deux escaliers prendront place au cœur des plateaux, permettant des échanges plus fluides entre les étages.

L’une des grandes ambitions du projet est de renouer avec l’esprit d’origine des lieux conçus par les architectes Renzo Piano et Richard Rogers, notamment leur principe des grands plateaux libres. « Nous souhaitons dégager les perspectives sur la largeur mais aussi sur la longueur de ces espaces, explique Patrick Rubin, l’un des architectes fondateurs de Canal Architecture. Pour cela, il faudra supprimer toutes les “boîtes” qui se sont accumulées. » Dans le même temps, seront créées les installations nécessaires aux « nouveaux usages » (recherche d’emploi, expositions…).

Signalétique lumineuse au plafond. Si le réaménagement est dit « partiel », puisqu’il concernera 6 500 m² (circulations comprises) des 10 400 m² de la BPI, la nouvelle logique instaurée par le projet devrait néanmoins se propager dans ses moindres recoins. Un réseau filaire courra ainsi au plafond. Porteurs de signalétique, ces longs bandeaux lumineux dessineront une arborescence qui guidera les usagers. Ce chantier, d’un montant de 7, 2 M€ HT, devrait démarrer au premier trimestre 2019, une fois achevée la rénovation de la chenille.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X