Régions Grand Nice

L’OIN Plaine du Var générerait 2 milliards de travaux

Trois ans après la mise en place d’une opération d’intérêt national (OIN) dans la plaine du Var suivie de la création de l’EPA Plaine du Var, ce vaste projet d’aménagement et de développement économique fondé sur la mixité (10 000 ha couvrant 16 communes dont 450 ha « mutables », 3 millions de m² envisagés sur une trentaine d’années) se rapproche d’une mise en œuvre opérationnelle sur le terrain. En juillet, les premiers périmètres de ZAD (1) – six sont prévus – seront arrêtés. « Avant la fin de l’année et sur les bases des études de définition menées (2), nous aurons bouclé le projet de territoire avec ses différentes composantes et approuvé un premier protocole financier entre l’Etat et les collectivités », annonce Christian Tordo, président de l’EPA Plaine du Var.

Quatre sites prioritaires

D’ores et déjà, quatre sites prioritaires, où la maîtrise foncière publique est importante, ont été identifiés : la zone du Grand Arénas qui accueillera un nouveau quartier d’affaires, le pôle multimodal de Nice Aéroport (projet urbain confié à Josep Lluis Mateo), un parc des expositions (première tranche de 75 000 m² extensible à 120 000 m²) réalisé en PPP et ses équipements associés ; Nice-Méridia, technopôle urbain dans les secteurs de la croissance verte, de la santé, de la formation (appel à candidatures en cours pour la maîtrise d’œuvre urbaine sur un périmètre de 200 ha et un premier périmètre opérationnel de 26 ha) ; le pôle agroalimentaire de la Baronne (25 ha, maîtrise d’ouvrage confiée à la communauté urbaine Nice Côte d’Azur) et enfin une extension urbaine à Saint-Martin-du-Var (5 ha).
Au total, ces opérations, prévues sur quinze ans environ (2011-2026), représentent 1 286 000 m² de surface, répartis en 322 000 m² de logements, 446 000 m² de bureaux, 291 000 m² d’équipements, 53 000 m² de commerces, 65 000 m² de services, 57 000 m² de locaux d’activités, 50 000 m² de laboratoires R & D. S’y ajoutent des réhabilitations de sites, l’aménagement d’espaces naturels et de zones agricoles et des opérations connexes comme le projet Anru des Moulins ou le Nice Stadium. « En termes d’investissements, les projets de l’OIN vont nécessiter entre 60 et 100 millions de fonds publics qui devraient générer sur la période, par effet de levier, plus de 2 milliards de travaux publics et privés », précise Marc Pons De Vincent, DG de l’EPA.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ

(1) Zone d’aménagement différé. (2) Elles ont été confiées à trois équipes internationales : Mateo Arquitectura, Seura (David Mangin), West 8 (Adrian Geuze).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X