Architecture Enveloppe

L’isolation au défi de la géométrie

Les façades complexes doivent faire preuve d’ingéniosité pour assurer le confort thermique des usagers, en particulier l’été.

C ‘est à croire qu’ils le font exprès : les architectes n’aiment rien tant que de manier des formes complexes pour les projets de prestige. La liberté des lignes et des volumes ne connaît quasiment plus de limites avec les outils de modélisation 3D. Et les bureaux d’études thermiques, pour qui efficacité rime généralement avec compacité, n’auraient qu’à suivre…

« Sans avoir de vision dogmatique sur la géométrie des projets, la maîtrise d’œuvre ne peut ignorer le rôle central des façades dans la performance thermique globale : elles sont l’interface entre le bâtiment et son environnement extérieur, qu’il s’agisse de déperditions calorifiques l’hiver ou de maîtrise des apports solaires l’été, rappelle Sylvaine Junique, ingénieure au bureau d’études Tribu. Un bâtiment non compact peut se révéler très bénéfique en termes d’usage, par exemple en offrant une importante surface vitrée qui accroît l’éclairage naturel. Tout dépend des indicateurs que le concepteur souhaite privilégier, et des moyens techniques et économiques...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5972 du 20/04/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X