Autres

L’INVENTION D’UN PROGRAMME CULTUREL

Que reste-t-il des fameuses maisons de la culture mises en place par André Malraux sous le général de Gaulle ? Avec la naissance du ministère des Affaires culturelles en 1959, elles sont devenues l’étendard d’une politique de décentralisation culturelle qui a donné lieu à la création d’édifices emblématiques, hésitant entre rigidité monumentale et flexibilité programmatique. Sous la gouverne de Richard Klein, le dernier ouvrage paru aux Editions du Patrimoine donne la mesure de ce qui a néanmoins constitué une révolution culturelle et architecturale, avec ses ambiguïtés mais également avec tout ce qu’elle comporte de visionnaire. Car au-delà de leur diversité et de leur évolution, les institutions créées par Malraux résonnent fortement avec les préoccupations d’aujourd’hui, notamment pour ce qui relève de la définition d’un équipement culturel.

Dans la lignée des maisons du peuple – la plus célèbre étant celle de Clichy, édifice associant un marché et un théâtre décapotable réalisé par les architectes Beaudouin et Lods, assistés...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 268 du 02/04/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X