Régions Moselle

L’intégration paysagère, le meilleur atout de B’Est

Mots clés : Béton - Entreprise du BTP

25 745 demandeurs d’emploi dans le BTP dans le Grand Est à fin juillet, en baisse de 8,5 % sur un an.

+ 4,3 % Hausse des dépenses d’entretien-rénovation de maisons sur un an en Bourgogne-Franche-Comté, à mi-2017.

+ 8 % Hausse de la production de béton prêt à l’emploi dans le Haut-Rhin, de janvier à août (total de 297 600 m3 ).Source : Unicem.

Le clos-couvert étant livré depuis octobre, le chantier du complexe commercial B’Est à Farébersviller (Moselle) œuvre désormais à l’intégration paysagère de 55 000 m2 bâtis, qui seront livrés en avril. Dans cet esprit, le bardage des façades, terminé mi-novembre, respecte une alternance de lamelles de pin en trois coloris. « Nous visons les certifications environnementales Breeam Very Good et HQE Aménagement », expose Vincent Xolin, directeur d’opérations chez Codic France. Le promoteur belge, qui a initié ce programme il y a déjà quatorze ans, est accompagné dans cette démarche par Egis. L’objectif d’intégration paysagère se poursuit par la végétalisation de 22 000 m2 de toiture et la place importante réservée aux arbres et arbustes, dont le mosellan Tera Paysages Environnement a démarré les plantations en novembre.

L’agence d’architecture parisienne SCAU a conçu B’Est en cinq bâtiments principaux : un centre commercial Auchan et son mall de 75 boutiques (37 000 m2 ), une galerie de petites et moyennes surfaces (10 000 m2 ), un espace multiloisirs et deux restaurants. Leur construction sur des plates-formes de hauteur variable permet au complexe de se glisser dans un foncier de 30 ha, dont 18 ha d’espaces paysagers dessinés par le cabinet francilien Architecture et jardins.

Dominer le vent. Confié au groupement Demathieu Bard Construction (mandataire)-Eiffage Construction, le chantier de 61 M€ HT de travaux tous corps d’état (sur un total d’opération de 150 M€ TDC) a impliqué l’excavation de 500 000 m3 de terres. Doté de 4 300 m2 de panneaux photo voltaïques en toiture, il a dû maîtriser son exposition au vent, pour tenir compte des deux totems installés en entrée de site, sortes de voiles cylindriques en PVC de 20 m de diamètre et 14 m de hauteur. « Il a fallu ramener sur huit petits poteaux métalliques les efforts au vent et la descente de charge de la structure métallique de 40 tonnes », précise Jean-Marc Gahinet, directeur projet chez Demathieu Bard Construction.

Au sein du marché tous corps d’état, les principales sous-traitances ont concerné les VRD pour 13 M€ HT (Colas et Muller TP), les fluides pour 8 M€ (Engie Axima et Engie Ineo) et le clos-couvert pour 10 M€ répartis entre Smac (bardage), Soprema (couverture) et Druet (menuiseries extérieures).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X