Régions Pyrénées-Atlantiques

« L’habitat participatif constituera un quart de notre production en accession sociale »

Le Comité ouvrier du logement (COL) a signé une convention de partenariat avec Aquitanis et Axanis, sa filiale spécialisée dans l’accession sociale, pour développer l’habitat participatif sur la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB). Créée à Bayonne en 1951, la coopérative produit 300 à 350 logements sociaux par an, dont deux tiers en accession sociale, dans les Pyrénées-Atlantiques et le sud des Landes.

Pourquoi ce partenariat ?

Nous exprimons notre envie de travailler ensemble sur des projets futurs, notamment d’habitat participatif, et de développer des savoir-faire communs. Pour le COL, la CUB est un territoire nouveau. Il est important de collaborer avec un partenaire local comme Aquitanis, bailleur social de la CUB. Nous ne nous engageons pas sur des volumes. Chacun garde sa liberté.

Pourquoi venir sur la CUB ?

La demande en accession sociale à la propriété y est forte. Or, encore peu d’opérateurs se saisissent de ce créneau. Nous profitons de notre compétence régionale et de notre expérience de l’habitat participatif pour venir sur la CUB avec l’ambition de proposer des produits situés entre 2 200 et 2 500 euros TTC/m2 habitable. Nous y sommes déjà présents via un projet de 38 logements à Bassens, lauréat de l’appel à projets des « 50 000 logements » de la Fabrique métropolitaine. Le chantier devrait débuter au premier trimestre 2015.

Quelle est votre expérience en habitat participatif ?

Nous avons programmé une opération de 46 logements à Bayonne, avec l’association toulousaine Aera et l’architecte Jean-Louis Duhourcau, qui comprend aussi une buanderie, des ateliers de bricolage, des jardins partagés… Les travaux devraient démarrer en décembre pour un prix de vente de 2 250 euros TTC/m2 de surface habitable. A Billères, nous avons un projet de 40 logements. A Bordeaux, nous avons été retenus par la Ville pour construire, sur le quai Brazza, 20 logements sur le concept de « volumes capables ». Il reste à choisir l’architecte. A terme, l’habitat participatif constituera un quart de notre production en accession sociale. Cela répond au besoin de lien social des citoyens.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X