Technique et chantier

L’excavatrice-aspiratrice sécurise les terrassements urbains

Le terrassement par aspiration excelle dans la mise à jour des réseaux enterrés. Mais il a ses limites…

Face à l’encombrement des sous-sols en milieu urbain et aux risques de détérioration des réseaux, sans parler des risques d’accidents, potentiellement graves : explosion de gaz, électrocution… le terrassement par aspiration se développe en lieu et place de la pelle hydraulique. A Strasbourg, Sobeca a engagé une MTS Dino 3 lors du réaménagement des abords de l’église Saint-Maurice qui nécessitait le déplacement de nombreux réseaux enterrés. « Je ne me vois plus travailler en ville sans elle. Nous avons ce matériel depuis trois ans et il assure 80 % de notre activité. Cependant, son rendement est moins élevé que celui d’une pelle et l’investissement est nettement plus important », lance Patrice Strub, directeur de l’agence Sobeca à Imbsheim (Bas-Rhin). Dans des rues étroites et encombrées, le matériel n’a pas besoin d’être positionné au plus près de la fouille pour opérer. En effet, grâce à son flexible d’aspiration monté sur un bras radiocommandé, la tranchée peut se situer jusqu’à 15 m de distance du porteur. Cet appareillage peut également passer au-dessus des voitures en stationnement.

Blocs de 35 kg aspirés

Avec un double ventilateur qui produit un débit d’air de 36 000 m³/h et une dépression atteignant 34 000 Pa, l’aspiration est capable d’avaler des blocs d’un diamètre de 250 mm et d’un poids de 35 kg ! Les déblais sont récupérés dans une benne de 8 m³ qui bascule latéralement pour les transvaser dans un conteneur, évitant ainsi les rotations vers un dépôt. Machine performante, l’excavatrice-aspiratrice n’est cependant pas polyvalente, comme le confirme Daniel Rebjock, opérateur chez Sobeca. « Elle travaille idéalement dans des remblais, mais atteint ses limites dans les terrains gras. Il faut souvent décompacter préalablement le sol au marteau-piqueur ». Pour cela la MTS Dino 3 dispose d’un compresseur intégré et de raccords pour connecter des outils pneumatiques comme un marteau, indispensable sur ces chantiers. Une machine efficace donc, mais pas universelle de l’avis de Daniel Rebjock : « Malgré ses performances, elle ne remplace pas une pelle hydraulique. Et elle exige un entretien poussé : chez nous, elle est immobilisée une journée par semaine ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Vous êtes intéressé par le thème Chantiers ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X