Enjeux PPP

L’Etat incité à se calmer

Le gouvernement ferait bien de « renoncer à l’avenir » aux partenariats public-privé (PPP) pour la construction de prisons ou de palais de justice, tonne un rapport de la Cour des comptes, qui invite à « mettre fin à la fuite en avant » de la politique immobilière du ministère de la Justice . Le document pointe le coût considérable de ces PPP. A titre d’exemple, la Cour cite le TGI de Paris, dont le coût global s’élève à plus de 2,3 milliards d’euros, avec des loyers annuels d’un montant moyen de 86 millions jusqu’en 2044. Une évaluation que Bouygues conteste. Ces quinze dernières années, 14 prisons ou palais de justice ont fait l’objet d’un PPP.

www.lemoniteur.fr/PPP

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X